Accueil / Politique / Analyse politique / Mourir en République

Mourir en République

La République chevauche avec la mort. Aujourd’hui, c’est une course éperdue.

L’urgence sanitaire est de nouveau à l’ordre du jour. Elle devient la règle suprême du civisme républicain. Ainsi en a décidé le président de la République. De conseils de défense en conseils de défense, déclinés sous toutes les formes et tenus à quelques dizaines de mètres sous terre à l’Elysée dans le PC « Jupiter », où Macron se plaît à jouer au chef de guerre en y convoquant qui bon lui semble sous le strict impératif du secret-défense, sont élaborées dans la plus grande discrétion les stratégies diverses de la présidence de la République dans tous les domaines, sécurité, terrorisme, santé, économie, éducation, défense. Pour tout esprit sensé, il y a quelque chose de psychologiquement inquiétant dans un tel comportement. Il est vrai que Macron s’est constitué un tel conseil de ministres et de sous-ministres en vue de sa réélection – unique raison d’être de ce caravansérail – que les réunions gouvernementales ne sont plus des outils de commandement. D’où sa prédilection pour ce mode de décision. Là il est le chef ; et il veut être sûr d’être le chef et le seul chef, ainsi qu’il l’avait déclaré sèchement au chef d’état major des Armées, Pierre de Villiers, tout de suite après son accession à la présidence.

Une monocratie concentrée

Une concentration de pouvoir s’effectue sur l’Elysée, déjà notoire sous les prédécesseurs, mais de plus en plus gravement et grotesquement accentuée, et qui rend l’administration du pays d’autant plus risquée et d’autant plus difficile, avec des à-coups insupportables. Macron croit ainsi se revêtir de l’autorité régalienne. Inutile de préciser qu’un roi, un vrai, n’agirait pas ainsi. Chez Macron, c’est un besoin ; il se veut Bonaparte ou de Gaulle ! L’adolescent prolongé qui a nécessairement des failles intimes en raison même de sa vie, mais qui se croit surdoué et s’imagine tout savoir avec des dossiers et des notes de service lus nocturnement, et alors même que son parcours prouve qu’il ne sait rien, car il n’a rien connu de la vraie vie, surjoue le commandement. Une sorte de compensation puérile. La Ve République le lui permet ; mais les institutions qu’il a, d’ailleurs, fortement modelées à sa guise, affaiblies et cassées en les parasitant et en les doublant systématiquement, sont désormais faussées et déséquilibrées, ce qui représente un danger majeur pour l’avenir. Et pour lui la menace continuelle d’un retournement tragique de situation, telle encore sa convention citoyenne qui maintenant lui demande des comptes, ce qui était à prévoir. Il y a du sabre de bois chez Macron, en politique intérieure et en politique extérieure. Le syndrome devient peu à peu une évidence et combien dangereuse, avec la perspective d’une fuite en avant irresponsable. Les Français éberlués le sentent confusément. C’est la dérive connue dès l’Antiquité et plus moderne que jamais des régimes républicains épuisés qui deviennent de plus en plus autocratiques et qui passent dans des mains de plus en plus prétentieuses et de plus en plus inexpérimentées.

Et donc deux conseils de défense sanitaires, mardi 27 et mercredi 28 octobre ont défini la ligne stratégique qui doit être appliquée en France pour lutter contre la pandémie. C’est ainsi. Macron a expliqué sa décision le soir à la nation rassemblée pour l’écouter. Comprenons : les Français ne peuvent qu’adhérer à tant de raison éclairée et n’ont d’autre choix que de suivre. Le processus est des plus clairs. Le chef du gouvernement, le besogneux Castex, réduit au rôle de tâcheron, se trouve alors chargé, le jeudi et les jours suivants, de présenter aux assemblées les détails du plan et de l’expliciter point par point aux Français, aux familles, aux professions, aux administrations. C’est terrible. Pour certains, d’une cruauté mortelle. Qu’importe ! La loi s’impose à tous. Le reconfinement qui avait été écarté comme solution il y a encore deux mois, est de rigueur et c’est le monsieur « déconfinement » du mois de mai – si bien réussi ! – qui est chargé de reconfiner ! Des accommodements sont aménagés pour essayer de sauver un minimum de vie scolaire et d’activité économique. Première étape : jusqu’au 1er décembre avec réévaluation toutes les quinzaines.

Il s’agit d’abord, est-il précisé, de briser l’avancée inexorable de la pandémie et tout faire pour sauver les fêtes de Noël. Ça, c’est la gentille intention ! L’État devra encore soutenir l’économie pour lui permettre de franchir de nouveau cette passe difficile. La France doit se rassembler et rester unie face à l’adversité. Chaque Français est appelé à remplir son devoir civique.

Voilà, en gros, ce qu’a dit à la nation le chef de l’État. Le ton était celui de la gravité résolue avec ce je ne sais quoi de mécanique qui fait froid dans le dos. Comme il se façonne un personnage pour l’histoire et qu’il est loin d’être sot pour lui-même, il sait que les circonstances ne lui permettent plus d’erreur. Sa réélection en 2022 pourrait être en jeu, encore que le système français de l’élection présidentielle le protège encore et toujours, les analystes politiques le savent. Cependant, comme le prouvent les enquêtes d’opinions, tout désormais peut arriver. La popularité de Macron est définitivement cabossée. Elle n’a jamais vraiment existé et ne fut, comme l’émergence de son prétendu parti LaREM, qu’un artificiel montage de communication médiatique, d’habileté politicienne et de soutien financier, vraisemblablement énorme, comme pour Chirac, Balladur, Sarkozy, Hollande, afin d’éviter au régime une issue qui paraissait catastrophique. Ce qui est récurrent dans l’histoire républicaine.

Le problème pour Macron et son équipe, c’est que, malgré leurs airs assurés, rien, en fait n’est sûr dans les mois qui viennent. Comme le notent les esprits perspicaces, et pas seulement dans l’opposition, la navigation du chef de l’exécutif et, sous ses ordres, de son pilote de Matignon, se fait à vue. Les décisions elles-mêmes ne sont pas claires et souvent contradictoires. Pourquoi les universités fermées, pas les lycées ? Pourquoi les supermarchés ouverts, pas les petits commerces où la contagion est moindre ? Pourquoi les transports et pas la rue ? Pourquoi telles usines, pas les artisans ? Pourquoi les cours de récréation et pas les réunions de famille ? Mille questions de ce genre qui enclencheront mille insatisfactions, des protestations, des refus. L’Éducation nationale, l’hôpital public et les services de santé vont souffrir particulièrement de cette cacophonie. L’État qui dirige tout, avec une fonction publique pléthorique et cependant de plus en plus insuffisante, ne commande concrètement plus rien. Comment vont réagir les professeurs ? Et les personnels de santé ? Ce qui double toutes les incertitudes. Cet État est, de plus, partisan : il ignore et méprise le privé, médecine, éducation, associations, culture, professions, métiers, propriétés. Il écrase tout sur son passage. Il ne connaît pas et rejette la France profonde.

Alors il se retrouve seul à décider de tout avec ses propres experts enfermés dans leurs propres structures. Aucune prévision sérieuse ne peut sortir d’un tel système et c’est ce qui condamne Macron sous peu. De toute façon, il sera mis en difficulté. Et la difficulté peut susciter la violence. Il aurait fallu que la prévision fût antérieure à la crise elle-même. Oui, antérieure ! Ce qui est la marque d’un bon gouvernement. Ce qui est impossible dans notre régime républicain. Depuis fort longtemps. « Savoir pour prévoir afin de pourvoir » ; c’était une des formules du père du positivisme Auguste Comte, philosophe méconnu dont on ne retient que quelques folles visions d’une religion de l’Humanité, mais qui n’a cessé de critiquer la stupide philosophie révolutionnaire qui empêche de penser, et l’inconséquence des régimes démocratiques à la française qui égare l’esprit de décision.

Imprévoyance et inconséquence

Rien n’a été prévu ni avant ni après. Restent les rodomontades de la République. Les « il faut », « on doit » se multiplient sur toutes les ondes jusqu’au bout des boyaux de métro. Impossible de fuir la submersion sonore de la vigilance républicaine. « Tous ensemble, nous vaincrons ! » On connaît la chanson : sans doute comme en 1940 « parce que nous sommes les plus forts ». Les situations se ressemblent et préludent aux pires défaites. Les innombrables commentateurs devraient y réfléchir, plutôt que de bafouiller leurs indéfinis « moi, je pense que… »

Car l’économie va chavirer. Le président du MEDEF, Geoffroy Roux de Bézieux, et tous les responsables économiques le disent et poussent des cris d’alarme. La destruction est terrible, inimaginable, pire qu’en temps de guerre et conçue dans un plan inintelligible où la machine à compter s’emballe et jette la panique parmi les responsables. Le plan de relance ne pourra pas fonctionner dans un tel cadre. Il dépend en grande partie de l’Europe dont les États ont d’autres chats à fouetter. L’européisme macronien sera pris, encore une fois, à revers. Chaque pays pensera d’abord à soi. Les finances publiques ne se relèveront pas. Tous les budgets ne sont plus que des accumulations de déficits. Inutile de donner des chiffres qui s’aggravent tous les jours. Un rien désormais peut entraîner un effondrement généralisé, non seulement économique, non seulement financier, mais même monétaire, même bancaire, mais surtout social et, chez nous, national : un État, une administration paralysés.

Pourtant, rien n’empêche Macron de faire la guerre. Pas seulement au covid. Au séparatisme ! Le séparatisme n’est rien d’autre que l’islamisme. Il l’a précisé ; il a parlé du terrorisme islamiste et de l’islamisme politique. Tout le monde a salué cette sortie de l’ambiguïté. L’assassinat tragique à Conflans-Sainte-Honorine du professeur Samuel Paty a ébranlé la France. Le ministre de l’Intérieur Darmanin donne de la voix et du tweet tous les jours. Les décisions tombent. Dissolution des associations ouvertement islamistes, fermeture de la mosquée de Pantin. Et, puis, quoi donc, après l’hommage funèbre à la Sorbonne du professeur décapité et, du coup, décoré de la légion d’honneur ? Eh bien, toute la question se cristallise sur les caricatures de Mahomet. Celles de Charlie Hebdo, évidemment. Voilà ces caricatures élevées au rang de symboles républicains par excellence. C’est le b-a-ba de l’éducation civique en France maintenant. Tous les enfants en France doivent être initiés. La rentrée à l’Éducation nationale ne saurait commencer que sur ce thème soigneusement préparé. De quoi s’agit-il ? De montrer « les couilles de Mahomet ». Il faut bien dire les choses comme elles sont, puisque personne ne le dit. Donc, les petites filles, les petits garçons, tous les Français de surcroît sont invités à contempler les couilles et le cul en étoile de Mahomet ! Là, dans cette contemplation, gît le fin du fin de la conscience républicaine.

Vous n’avez pas le droit de trouver « ça » moche, de mauvais goût, vulgaire, ignoble. Il paraît que c’est de l’art, que, surtout, c’est la formule même de la liberté de pensée qui, elle-même, ne se concevrait que dans la liberté de blasphémer. Le président de la République l’a répété avec la plus extrême gravité : la République ne transigera pas avec ses valeurs ; le droit de blasphémer en est l’expression, la plus fondamentale. Cette phrase a été redite à l’envi par tous les ministres et tous les responsables politiques. C’est d’une infinie stupidité.

Toute une politique : les couilles de Mahomet

Que la République plastronne avec les couilles de Mahomet, soit, c’est de son niveau : la nullité totale de sa pensée, la dégueulasserie de ses conceptions. Mais la France ? Car, derrière cette imposture, se cache toujours le même désir. Luc Ferry l’a soufflé et bien d’autres encore : allons-y dans l’égalité des blasphèmes et affichons en tant que républicains tous les blasphèmes possibles sur Jésus et Marie. Quelle imbécillité ! Dans le pays des cathédrales ! Mais qui comprendra ? Qui nous respectera ? Qui s’en réjouira, en dehors de leur petite bande de jocrisses bien payés ? En vérité, c’est un désastre politique. Voilà qui va exciter les communautés et donc les communautarismes !

La laïcité à la française, tu parles ! De quoi faire redoubler les attentats, comme il est évident avec la dernière actualité : Nice, et bien d’autres, ailleurs. Ils donnent toutes les armes aux islamistes ; ils abandonnent la France et les Français. Leur énergie n’est que du toc. Ah, ils prétendent rallier à leur République des musulmans fidèles. Que les musulmans prennent garde : il n’y a rien de tel en République que les serments pour lâcher les gens qui lui font confiance. Plus elle donne sa parole, plus elle la trahit. Les harkis en savent quelque chose et les Afghans qui nous ont fait confiance, pareillement, et déjà, dès maintenant, dans les cités ceux qui croient encore dans l’ordre français. Effroyables déconvenues ! Et pendant de temps-là dans les micros officiels les discours se poursuivent et dans les salons de la République le petit monde républicain se congratule. Sinistres personnages !

Et ils en font une politique extérieure, la seule politique étrangère de la France, livrant encore ici des armes de propagande redoutables à nos ennemis et éloignant nos possibles alliés. Quelle sottise ! « Les couilles de Mahomet », pivot de toute politique française ! Nous sommes dirigés par une bande de fous. Ils ne savent rien. Ils n’y connaissent rien. Aboutissement d’une crétinisation de l’esprit public. Il est encore dans le pays des gens de bon sens qui jugent parfaitement la situation : ils n’ont plus aucune voix dans les sphères décisionnelles.

La religion est d’un autre niveau. « Tout homme, dit Pascal, peut faire ce qu’a fait Mahomet ; car il n’a point fait de miracle ; nul ne peut faire ce qu’a fait Jésus-Christ ». C’est là-dessus qu’il faut attirer la pensée. C’est le fond du problème que ces sots ne veulent même pas examiner.

Ils se réfugient dans leur religion officielle du blasphème d’où ils pensent commander à l’univers. Car qu’est-ce d’autre que leur République qu’ils imposent comme un absolu pour réduire, au gré de leur passion, tout le reste au plus chétif des relativismes ? Sinon une religion, avec ses clercs, ses dogmes, ses rites dont pas un seul ne soutient un vrai regard critique. Elle a pour elle l’État, sa coercition, son budget énorme dont celui de l’Éducation nationale. Maurras écrivait avec juste raison : « La République n’est rien du tout qu’une religion imposée par voie budgétaire ». Admirable définition. Droit au blasphème ? Et si l’envie prenait aux Français de blasphémer cette divinité ? Après tout, ce serait dans la logique des couilles de Mahomet.

Illustration (DR) : Le symbole de la République : tous les petits enfants de France doivent s’en faire une religion.

 

 

Partagez l'article...
Share on Facebook
Facebook

Auteur de l'article : Hilaire de Crémiers

Directeur de la publication de Politique magazine et de la Nouvelle revue universelle
Publication de l'article : 31 octobre 2020