Accueil / Culture / Le divorce de masse

Le divorce de masse

La communication contemporaine aime les sondages mais refuse d’analyser bien des chiffres. Le livre de Raphaël Delpard vient alerter sur un problème essentiel : la disparition de la paternité dans une société affligée par le divorce de masse. Il évoque les symboles des papas grimpeurs, qui escaladent façades, grues ou simplement marches des tribunaux avec une souffrance personnelle immense : la privation de leurs enfants. Ils sont deux millions d’enfants à être privés de père la plus grande partie du temps et 600 000 à ne les pas connaître du tout.

Un chiffre terrible quand on sait l’importance de l’altérité sexuelle dans l’éducation des enfants. Au-delà du drame individuel, sur lequel l’auteur est particulièrement insistant, c’est bien la socialisation de ces carences qui manifeste la blessure sise au cœur de notre société. Intrusion de la justice dans l’intimité des familles, phénomènes d’aliénation parentale – et que dire des grands-parents –, réduction de l’autorité naturelle à la fiction juridique de l’autorité parentale. Une « dénonciation d’une société égarée, depuis des années, sur les chemins fangeux d’un pseudo-modernisme, dont la centralité est l’opposition entre les deux “morphologismes” : le féminisme triomphant et le masculinisme déclinant ».

Par Charles de Meyer
Raphael Delpard, Le Combat des pères. Éditions du Rocher, 2019, 17,90 €.
Partagez l'article...
Share on Facebook
Facebook

Auteur de l'article : PM