Accueil / Culture / Cinéma / Cinéma. On a 20 ans pour changer le monde d’Hélène Medigue

Cinéma. On a 20 ans pour changer le monde d’Hélène Medigue

Il est dommageable et regrettable que la défense de la nature ait été récupérée par des groupuscules politiques en recherche d’honorabilité.

Le sujet est suffisamment important pour être traité de manière universelle. Le documentaire réalisé par Hélène Medigue répond dans sa première partie à cette exigence. Sous forme pédagogique, on assiste à la démonstration que nos terres infectées par les engrais chimiques et les pesticides, au lieu de multiplier la production et garantir la qualité des produits agricoles, s’appauvrit et est à l’origine de strates imperméables qui empêchent l’enracinement en profondeur des plantes. Curieusement, on assiste à un effet contraire et suite à l’exploitation chimique des terres, la production s’amenuise. Le constat est sans appel : 60 % des sols sont morts, et le mode de production actuel ne nourrit pas la planète. Il faut donc dans un premier temps aérer le sol afin qu’il puisse être à nouveau un véritable terreau propre à développer et favoriser l’éclosion des plantes et leurs graines.

La seconde partie du film nous permet de découvrir le principe des Fermes d’Avenir, un réseau qui emploie des jeunes et moins jeunes afin d’exploiter les terres en revenant aux principes fondamentaux de l’agriculture en évitant toute intervention artificielle et en respectant les cycles saisonniers. L’initiateur de l’association Fermes d’Avenir, est Maxime de Rostolan, très impliqué dans ce combat de la dernière chance. Le résultat semble probant et permet une commercialisation de ces produits qui est positive dans ses résultats financiers et source d’emplois.

On regrettera que la troisième partie traîne avec des reportages sur les représentants de cette association, auprès des instances ministérielles en mettant en exergue des entretiens convenus avec Nicolas Hulot mis en vedette et omniprésent, qui par ailleurs tient des propos sensés, et la petite provoc habituelle de l’écolo se présentant en tee-shirt sous les ors de la République, ce qui est incongru.

En conclusion, on pourra apprécier ce documentaire qui va à l’encontre des idées reçues sur l’exploitation abusive de nos sols, à l’image des résultats catastrophiques de l’Egypte, qui suite à l’érection du Barrage d’Assouan, a considérablement appauvrit ses terres en étant obligé d’utiliser des engrais chimique au détriment du fertile limon qui nourrissait les fellahs depuis plus de trente siècles.

On ne saurait omettre la grande qualité de l’image et l’art photographique de ce film avec une superbe ode à la nature en conclusion.

Et si on relisait Olivier de Serres, fidèle serviteur d’Henri IV, auteur du Traité de la cueillette de la soye par la nourriture des vers qui la font et du Théâtre d’Agriculture et mesnage des champs. Tout y était déjà dit !

UGC Ciné Cité Les Halles, 7, place de la Rotonde 75001 Paris 1er arrondissement
Gaumont Parnasse côté Montparnos, 16 Rue d’Odessa 75014 Paris 14e arrondissement
MK2 Gambetta, 6, rue Belgrand 75020 Paris 20e arrondissement
UGC Ciné Cité Paris 19, 166, boulevard Mac Donald 75019 Paris 19e arrondissement
Cinéma Chaplin Saint Lambert, 6, rue Peclet 75015 Paris 15e arrondissement
UGC Maillot, Palais des Congres 75017 Paris 17e arrondissement
Cinéma Landowski, 28, av. Andre-Morizet 92100 Boulogne-Billancourt
UGC Ciné Cité La Défense, Le Dôme – Centre commercial Les 4 Temps 92092 Paris – La Défense
Partagez l'article...
Share on Facebook
Facebook

Auteur de l'article : Bruno Stéphane-Chambon

Chroniqueur théâtre