Accueil / Tribune / Le libre journal de la réaction

Le libre journal de la réaction

Hier, sur Radio Courtoisie, on a parlé des ours, de Macron et du choléra, à peu près dans cet ordre-là. Le choléra en Haïti, c’était la faute de l’ONU, qui est aussi efficace que l’UE pour semer le désordre et fuir ses responsabilités, ou aussi retorse que la fondation de Bill et Melinda Gates pour faire triompher ses intérêts. Les ours sont pyrénéens et l’un d’entre eux est de sexe indifférencié : un ours non-binaire, enfin ? Ou les pièges à poils qui permettent de compter les ours ont-il fait défaut ? On ne saura pas, il faudra attendre les nouvelles statistiques de comptage des ours, car les statistiques annuelles sont révisées annuellement pour l’année d’avant et celle d’avant encore, comme les statistiques de l’immigration, aussi fiables que des comptages d’ours pyrénéens, donc, ou que des propos de Macron affirmant en dépit des évidences que les policiers ne frappent pas les vieilles. Politique magazine en parle (car j’ai affirmé à plusieurs reprises que j’étais le rédacteur en chef de Politique magazine, en faisant de la publicité pour ce magazine dont je suis rédacteur en chef), comme il parle des vieux textes de Jules Romains qui sont d’une actualité brûlante sur tous nos sujets de société. On s’est aussi penché sur les textes des féministes qui partent en guerre contre les hommes transgenres en expliquant que la biologie l’affirme, il y a bien deux sexes ! Bande de réactionnaires… On a aussi parlé de vinaigre français produit en France et de moutarde française produite en France avec des graines de moutarde du Val de Loire. On a parlé de chiens policiers chinois qu’on clone et de sculptures de della Robbia qu’on reconstitue avec une imprimante 3D, on a constaté que les sociétés d’autoroute étaient sans vergogne dans leur manière de lorgner sur les routes nationales et que le gouvernement, avec son groupe de travail « sur l’évolution de la gestion du réseau routier non concédé » avait visiblement déjà décidé que concéder, c’est mieux. On a dit du mal de Delphine Ernotte et de Mounir Mahjoubi, on est rapidement passé sur l’équipe de France de Béhourd, on a salué le courage de Benoit Hamon qui a expliqué à une journaliste de France Télévisions que France Télévisions était partiale et orientée et qu’il avait fait exprès de ne PAS en parler à la journaliste avant parce que ça ne se fait pas, hein, de s’entendre entre politiques et journalistes avant les émissions… et on s’est pas mal étendu sur les vaches qui meurent à cause des éoliennes à Nozay, Abbaretz, Puceul, Saffré, Loudéac et Allineuc, sur les déclarations confuses du préfet et sur le fait que les préfets sont nuls quand il s’agit de traiter des affaires de pollution. Et on recommence dans 15 jours mais vous pouvez nous réécouter vendredi 5 avril à 21h30 et en podcast à partir de samedi !

Par Philippe Mesnard

Choléra. Haïti 2010-2018 : histoire d’un désastre de Renaud Piarroux, CNRS éditions.

Partagez l'article...
Share on Facebook
Facebook

Auteur de l'article : PM