Accueil / En une idées / DE L’AMOUR DES ENFANTS

DE L’AMOUR DES ENFANTS

Le superpréfet, que certains s’obstinent à appeler « Président de la République », et tous les petits « sachants » qui l’entourent (ceux qui « ont réussi »), disent qu’il faut faire preuve de plus de pédagogie dès qu’une de leurs mesures est mal accueillie par le public (ceux qui « ne sont rien »).

Pourquoi emploient-ils ce mot de pédagogie ? Deux hypothèses.

La première. Les termes en gogie, gogue, logie, logue sont très chics, d’autant plus qu’ils bénéficient de cette somptueuse rallonge. Technologie fait beaucoup mieux que technique, méthodologie que méthode, logistique qu’intendance. Descartes, s’il avait vécu de nos jours, n’aurait pas écrit Le Discours de la méthode, titre bon pour des gens qui ne sont rien, mais quelque chose comme « Communication discursive en termes de méthodologie ». Ne dites pas que vous êtes malade (ça fait pauvre et sans dents), dites que vous souffrez d’une pathologie. Si vous souffrez d’une pathologie, c’est que vous avez fait un bon usage de la maladie, vous en savez désormais un bout sur elle. Vous attirez sur vous l’admiration compassionnelle la plus voluptueuse.

Seconde hypothèse. Les sachants, ceux sur qui l’ignorance n’a pas de prise grâce à leurs études longues et laborieuses, sont, bien sûr, aussi calés en étymologie et ils savent que dans pédagogie, il y a péd-, qui veut dire enfant, et qu’on retrouve dans pédiatre, pédophile et d’autres bons mots. Donc, quand ils annoncent qu’ils vont faire preuve de pédagogie, cela veut dire qu’ils vont nous faire la leçon, nous devenons pour eux de tout petits enfants qui n’ont encore rien compris, à qui il faut enseigner prudemment le b.a.-ba.

Maintenant, s’ils veulent essayer le masochisme et déchoir de leur arrogance, ils peuvent trouver en français des termes plus modestes et qui veulent dire la même chose ou peu s’en faut. Il y a par exemple explication. Pour passer de la modestie à l’humilité, il y a justification. Parfois, il serait bien qu’ils nous présentent de petits actes de contrition. On aimerait encore les voir de temps en temps un genou au sol, comme ces policiers américains que le chagrin a terrassés.

Partagez l'article...
Share on Facebook
Facebook

Auteur de l'article : Bernard Leconte

Bernard Leconte vient de publier un guide divertissant de Lille qu’il visite avec le Grand Roi sous le titre amusant : Louis XIV, Martine et moi, aux Éditions Les Lumières de Lille. 90 p, 14,90€
Publication de l'article : 21 décembre 2020