Accueil / Politique / Actualités politique / Le “moment” régalien

Le “moment” régalien

Notre-Dame-des-Landes. Fin de 50 ans d’atermoiements : plus d’aéroport, plus de ZAD. Politique magazine

PHILOSOPHIE POLITIQUE. Il est des constantes dans l’histoire, surtout quand il s’agit d’une vieille nation comme la France. Et puis il y a cet art qui consiste à saisir les opportunités.

En bon sophiste, l’actuel occupant de l’Elysée-Bourbon a le sens du kaïros, du moment favorable, cet instant fugace où tout peut se décider, où la temporalité historique, comme visitée par un dieu, semble favoriser toutes les audaces. Il a donc parfaitement compris qu’il avait ramassé le pouvoir à l’un de ces moments où la France, lassée des jongleries démagogiques de quelque saltimbanque de passage, appelle de ses vœux un pouvoir vrai c’est-à-dire, selon l’expression de Boutang, un pouvoir qui sauve.

Ces moments, qui reviennent régulièrement dans notre histoire des deux derniers siècles, sont la rencontre entre une France « poignarde », selon le mot d’Hugues Rebell dans sa réponse à l’Enquête sur la monarchie de Maurras, et un homme qualifié de « providentiel » parce qu’il s’est montré prêt, tout simplement, à occuper l’espace de la décision politique à un moment où celle-ci apparaît avec une forme d’évidence comme une nécessité vitale. Des deux Bonaparte au De Gaulle de 1958 en passant par Clemenceau en 1917, quelques hommes, au demeurant très différents dans leur aptitude à tenir le rôle que les circonstances leur offraient, ont su profiter de ces conjonctures épisodiques pour se hisser au pouvoir avec une facilité aussi déconcertante que celle avec laquelle ils ont pu l’exercer, au moins pendant le temps où tout leur a été possible, les obstacles annoncés ou attendus tombant les uns après les autres devant des décisions qu’en réalité tout le monde était prêt à accepter.

La logique institutionnelle

À cela s’ajoute, depuis 1958, une logique institutionnelle qui a fait du président de la république, ce succédané de roi inventé par les royalistes en 1871, un véritable chef de l’État. Il est devenu, dans les institutions de la Ve République, la source suprême de la décision politique. Certes, sa personnalité, le jeu des partis dont il est le plus souvent prisonnier, le peu de temps dont il dispose, peuvent réduire à presque rien l’exercice effectif de ce pouvoir souverain. Il n’en demeure pas moins que l’organe a été pensé et constitué pour cela : prendre des décisions politiques en dernier ressort. Il suffit dès lors que les circonstances lui donnent, fût-ce pour un temps très court, les moyens de se dégager de toutes les contingences qui le paralysent habituellement pour que, en quelque sorte, l’organe crée la fonction. Pour peu que celui qui l’exerce à ce moment-là se prenne au jeu et que l’opinion en ressente instinctivement le besoin vital et l’on assiste à l’un de ces « retours du régalien » qui rappelle périodiquement la nature profondément monarchique de cette étrange et paradoxale république.

Nous vivons apparemment l’un de ces moments. L’épuisement des jeux partisans, la vacuité des discours politiques qui en étaient l’expression, la rare incompétence de politiciens entièrement déconsidérés ont permis à un sophiste intelligent de combler un vide politique qu’il a immédiatement perçu et qu’il n’a pas hésité à nommer avec une étonnante lucidité, déclarant que la politique française était marquée par un grand absent, « la figure du roi », qui « laisse un siège vide au cœur de la vie politique ». Il a très clairement vu que, en dehors de quelques moments particuliers de notre histoire, « la démocratie française ne remplit pas l’espace » laissée par ce vide, car la démocratie « ne se suffit pas à elle-même », ce qui crée « une forme d’incomplétude » qui ne demande qu’à être remplie. C’est de toute évidence à cette tâche qu’il entend désormais s’atteler ; il s’agit pour lui, d’occuper la fonction qu’il a si facilement conquise et de « réinvestir ce vide ». La situation du pays, dont la société est ébranlée dans ses derniers soubassements, crée le terreau favorable qui appelle et rend possible ce « réinvestissement » du politique par un pouvoir qui prétend à nouveau assumer les fonctions régaliennes de l’État.

le retour du « régalien »

Significative est à cet égard la décision annoncée le 17 janvier d’abandonner le projet de construction d’un aéroport à Notre-Dame-des-Landes et d’ordonner l’expulsion des occupants de ce lieu qui restera comme l’un des symboles de l’incapacité de tant de gouvernements, depuis des décennies, de prendre une décision. La décision a été prise, dans un sens qui réaffirme à la fois l’autorité de l’État et le souci du bien commun, emportant ainsi l’adhésion d’une opinion dont tous les courants trouvent là un motif de satisfaction. Reste à savoir, au-delà de cette décision particulière, si le « retour du régalien » au cœur des préoccupations d’un pouvoir dont ce devrait être la nature correspond à une réalité ou ne relève, une fois de plus, que du discours. Les apparences vont incontestablement dans le sens d’un retour effectif aux préoccupations régaliennes. En quelques jours, le président de la république a renégocié un traité frontalier avec le Royaume-Uni, présenté ses vœux aux armées sur notre base navale de Toulon et assisté, depuis la place tenue par le roi dans les lits de justice, à la rentrée solennelle de la Cour de cassation. Les frontières, l’armée, la justice : ce sont bien là trois fonctions régaliennes « réinvesties » par la présence présidentielle. Mais ce qui frappe, plus encore que cette « occupation » du terrain régalien, c’est la conscience du caractère tout-à-fait particulier des décisions prises dans ces domaines dans lesquels s’exerce, à un titre éminent, la souveraineté. Dès l’exorde de son discours aux armées, le président de la république souligne ainsi le caractère singulier des décisions qu’il prend en tant que chef des armées et dont il dit mesurer le poids au regard de leurs effets immédiats non seulement sur l’exercice des missions mais sur la vie des hommes qui y sont engagés. Le discours que produit une telle conscience de la singularité de la décision politique souveraine, pour autant qu’elle soit vraie, ne peut être anodin.

Sur le fond, néanmoins, les décisions annoncées risquent d’être fort décevantes. Le traité de Sandhurst signé avec le Royaume-Uni semble notamment se limiter à une contribution financière de la partie britannique au financement d’infrastructures frontalières qui resteront situées sur le territoire français ; c’est à se demander ce qu’il reste de la reconquête de Calais le 7 janvier 1558 par le duc de Guise, exécutant la décision prise par Henri II quelques semaines auparavant dans le plus grand secret et contre toute attente. Les décisions souveraines n’ont pas toutes la même portée ni, surtout, la même visée… Quelles que soient les intentions et même (pourquoi pas ?) les bonnes intentions, les visées à long terme sont interdites à celui dont l’éphémère apparence de souveraineté est limitée à cinq courtes années dont la majeure partie est stérilisée par la perspective de la prochaine échéance électorale. C’est la raison pour laquelle il y a malheureusement tout lieu de craindre que le moment actuel passera en ne laissant, une fois de plus, que le goût amer des occasions manquées.

La personnalité de celui qui incarne ce moment ne fait en outre qu’accroître ces craintes. Cet homme pressé sait sans doute exploiter l’instant mais, dépourvu de conscience historique, saura-t-il maîtriser la durée ? On ne peut, hélas, qu’en douter. Le temps long paraît lui être totalement étranger, lui pour qui il n’existe pas de culture française et encore moins, semble-t-il, de nation française. Il est dans ces conditions peu probable que le vide institutionnel, un moment « réinvesti », soit durablement comblé.

Partagez l'article...
Share on Facebook
Facebook

Auteur de l'article : Jean-Baptiste DONNIER

Publication de l'article : 23 février 2018