Accueil / Politique / Actualités politique / Le débat permanent ? Et après ?

Le débat permanent ? Et après ?

Analyse. Il a beau dire, Macron n’est jamais qu’un politicien comme un autre.

Emmanuel Macron s’est engouffré dans son grand débat. C’est qu’il s’imagine qu’il trouvera une issue au bout de ce tunnel. Personne n’y voit rien ; et qui sait comment ça va finir ? Lui, il a la foi ; il a même la vision. Tout, dit-il, va se clarifier. Il en vient maintenant à estimer que le tunnel en lui-même est une issue ! Aussi a-t-il déclaré péremptoirement qu’il veut rendre le débat « permanent », le prolonger indéfiniment, mieux encore : « l’institutionnaliser ».

La France ou le débat ?

Après l’étape du mois de mars où seront censés mis en ordre et présentés les vœux et les doléances des Français sur les sujets proposés au débat d’aujourd’hui, après même le référendum qui se profile à l’horizon comme hypothèse la plus prévisible, il est dès maintenant question de continuer, de relancer encore et encore le débat. Pas la France, pas le projet national, pas une politique de sauvegarde de notre pays. Non, le débat, vous dis-je !

Le chef de l’État, l’homme qui en principe décide, c’est-à-dire qui se doit précisément de clore tout débat par sa décision, souhaite donc que la France et les Français soient en débat perpétuel. Car, de là, affirme-t-il, les idées ne cesseront de jaillir qui seront comme autant de solutions à tous les problèmes des Français. Et lui-même alors ? Problème ? Solution ? Pourquoi ne pas en débattre, après tout ? Mais non ; justement non ! Et pas non plus ce qu’il a acté ! Alors ? En fait, dès le départ, Macron a ignoré la France et ses intérêts. Il ne pensait qu’à l’Europe de ses rêves et au monde futur de son imagination. Il a méprisé les attentes et les besoins des Français. Il n’a jamais débattu que pour faire valoir ses conceptions « progressistes », seules acceptables, seules acceptées !

Ce n’est pas un homme politique, absolument pas. Cet énarque n’a que des idées, aussi vagues que sa philosophie ; et en revanche, ou « en même temps », il a la précision du technocrate qui vous accable de ses combinaisons d’administration et d’organisation aussi implacables que vaines et destructrices. Dans son esprit, le débat conduira au triomphe de telles combinaisons qui s’imposeront par leur caractère nécessaire. Ainsi les logorrhées du débat auront la vertu cathartique d’apaiser les passions ; la crise débouchera d’elle-même sur des solutions, les siennes évidemment !

Le débat, vous dis-je ! Il suffit d’aller de l’avant, de marcher, de parler, de débattre. N’est-ce-pas la formule même du candidat qu’il fut à l’élection présidentielle avec son En Marche ? E.M. comme Emmanuel Macron, souvenez-vous ! C’était lui déjà qui indiquait le sens, celui du « progrès » à l’encontre de tous les « conservatismes ».

Aujourd’hui il reprend l’opération, mais avec en plus l’autorité du chef de l’État. Il décide du débat, des termes dans lesquels il est contenu, et s’il en fait nommer des garants en principe indépendants mais inféodés au système, c’est bien lui qui en détermine le sens général dont l’achèvement mènera à des conclusions incluses dans les prémisses. Celles qu’il a lui-même posées. Admirable tour de passe-passe d’un sophiste qui prétend parvenir à ses fins de gouvernement par l’habileté intellectuelle de ses brillants raisonnements dont l’irrémédiable défaut est tout uniment de n’être pas en accord avec la vérité des choses, la simple et si complexe réalité. Tel est Macron, tel il a toujours été. Un moderne Gorgias qui se croit maître de la cité par sa parole toute puissante, créatrice de fictives et futures réalités !

Le maître d’œuvre

Alors, il est vrai – et on le comprend fort bien – qu’il a pris à bras-le-corps ce grand débat qu’il a programmé, tel un jeune lutteur enthousiaste, comme au premier temps de sa campagne électorale d’il y a deux ans. Il l’anime lui-même et presque seul. Son Premier ministre, ses ministres s’y essayent quelque peu ; il les encourage sur sa lancée ; mais en fait ça ne prend pas vraiment. Et ne parlons pas des députés de LaREM, tous plus gourdiflots et godichons les uns que les autres.

Macron en est réduit à faire le chef et la troupe. C’est ainsi qu’il a toujours fonctionné. Il est plus solitaire que jamais. Le voilà donc en bras de chemise devant les maires ; au fond des régions, à l’improviste et en impromptu toujours bien calculés, avec chacun, avec tous, Gilet jaune à ses côtés. La proximité, quoi ! Des heures d’affilée, toute question épuisée jusqu’au dernier iota technique. Il a réponse à tout ; il sait tout ; il prévoit tout. On s’étonne de telles prestations qui tournent à la performance. Les braves gens sont censés en ressortir ébaudis et convaincus.

Après les territoires qu’il prétend reconquérir, voici le tour des jeunes et, mieux encore, des banlieues. Il ose affronter ; il reste persuadé que sa dialectique qui s’adapte à tous les milieux l’emportera. Il annule des rendez-vous internationaux et le fait savoir pour répondre aux exigences populaires. Ce qui ne l’empêche pas de réunir à Versailles « en même temps » de potentiels investisseurs étrangers, car s’il prend en charge le souci des Français, il n’abandonne pas pour autant sa croyance aux bienfaits essentiels de la mondialisation. Il est à noter que, dans ses réponses, n’est jamais énoncée la pensée que la France, en tant que nation, pourrait reprendre son destin en main. Tout son art consiste à faire croire que ses vastes conceptions ne sont en rien contradictoires avec l’intérêt de chacun des Français ; il se met à parler de « peuple », de « nation », un vocabulaire qui lui était jusqu’à présent étranger, voire odieux. Il ne faut pas s’y tromper : il est toujours ce même homme qui a prononcé le discours de Davos, celui qui a signé le pacte de Marrakech sur les migrations le 11 décembre dernier et le traité sur la coopération et l’intégration franco-allemande d’Aix-la-Chapelle le 22 janvier. Macron persiste, signe et resigne.

Il sera le dernier en Europe à toujours miser sur l’Europe de Bruxelles, de Juncker et de Moscovici au point de lui remettre à l’avance tous les attributs de la souveraineté. Son discours est ambigu parce qu’il ne renonce à rien de ses visées, tout en étant obligé de composer avec les réactions violentes qu’elles suscitent naturellement dans le peuple français.

Un référendum ?

D’où cette idée que Macron laisse germer dans l’opinion pour la reprendre à son profit, celle d’un référendum qui serait la réponse appropriée au grand débat et lierait « en même temps » le problème français et la question européenne.

Déjà la date du 26 mai est annoncée, malgré la brièveté de l’échéance ; les Français seraient appelés « en même temps » à voter pour les élections européennes et à répondre au référendum proposé et qui porterait essentiellement sur les réformes constitutionnelles en trois ou quatre points, tirés prétendument du grand débat et censés améliorer la démocratie participative : référendums, proportionnelle, non-cumul, nombre de députés, loi de fiscalité…

Le tour serait joué. Il fut prévu dans ces colonnes dès le mois de décembre. Ce n’est pas encore fait, tant c’est énorme. Macron pense ainsi obtenir une plus large participation et, selon sa stratégie éprouvée au cours des deux années passées, être le seul adversaire en face du Rassemblement National, évincer ses autres concurrents, battre le populisme, clore l’épisode des Gilets jaunes, éliminer l’opposition, faire passer sa réforme constitutionnelle sans faire appel au congrès et poursuivre sa politique dite progressiste qui va s’ouvrir bientôt aux questions dites sociétales.

Il voudrait duper tout le monde, une fois de plus. Cependant, peut-il y réussir ? Les résultats ne sont pas là ; ce n’est qu’un plan et tout s’y oppose, jusqu’aux règles constitutionnelles. L’Europe aujourd’hui est celle de la viande avariée, de la migration continue, du Brexit impossible, de l’Italie qui s’en moque jusqu’à risquer sa survie financière, des pays de l’Est et du Nord qui n’en veulent plus, d’une Allemagne inquiète et fragilisée politiquement et économiquement au point de n’être plus fiable. La France concrètement est un paquet de dettes, une économie poussive qui traîne un chômage de masse, un ensemble de prélèvements qui pèsent près de la moitié de son PIB, les plus lourds des pays de l’OCDE, une société totalement éclatée avec des zones entières irrécupérables où pas un homme politique n’irait se promener, un pays où les services publics se dégradent et qui paye à haut prix des politiques d’État contradictoires où le citoyen se sent continuellement bafoué.

Non, Macron n’en a pas fini. Et le débat ne saurait être une solution. Le débat n’est pas un sauveur ni un salut. Macron, non plus. La France est orpheline et malheureuse. Les Français l’expriment en quelque sorte confusément. Ils ne se sentent ni gouvernés ni représentés. Jusqu’où faudra-t-il descendre pour qu’ils comprennent ?

 

Partagez l'article...
Share on Facebook
Facebook

Auteur de l'article : Hilaire de Crémiers

Directeur de la publication de Politique magazine et de la Nouvelle revue universelle