Accueil / Politique / Actualités politique / “Je fais le pari de l’intelligence”

“Je fais le pari de l’intelligence”

Entretien avec Emmanuelle Ménard, député de la 6e circonscription de l’Hérault. Propos recueillis Par Philippe Mesnard

Quelles sont les affaires de liberté d’expression, récentes ou non, qui vous ont le plus étonnée ?

Je voudrais rappeler un point très particulier : lorsque j’ai défendu la liberté d’expression dans l’hémicycle, l’été dernier, je me suis retrouvée toute seule… Souvenez-vous de cet article 1er de la loi sur la confiance dans la vie politique, qui menaçait d’inéligibilité quiconque aurait été condamné pour diffamation ou pour discrimination. Seule députée à dénoncer la véritable forfaiture qu’allait constituer une telle disposition à l’égard de la liberté d’expression – heureusement retoquée ensuite par le Conseil constitutionnel –, je n’ai pas entendu une voix pour me soutenir. Bien au contraire, mon intervention a été chahutée, à commencer par l’extrême gauche de l’Assemblée. Rendre inéligibles des hommes ou des femmes politiques qui se sont rendus coupables de délits financiers ou de conflits d’intérêts, en clair, qui ont commis des infractions liées à la probité, rien de plus normal ! En revanche, tout ce qui concerne des faits de discriminations, d’injures et de diffamation publiques, cela peut évidemment glisser très rapidement vers une condamnation politique. Vous savez bien que lorsqu’on ne se fond pas dans le moule du politiquement correct, il n’est rien de plus facile en France que de poursuivre des élus. De nombreuses associations – je peux vous en citer toute une liste – font cela très bien. Si cet article n’avait pas été retoqué par le Conseil constitutionnel, ces personnes seraient devenues inéligibles. Un moyen très efficace de se débarrasser de ses opposants !

Quel est, pour vous, le rôle d’un journal et d’un journaliste : rendre compte, prendre position, certifier la vérité, mettre en garde…?

Informer, tout simplement. Les éditorialistes sont là pour donner leur opinion. Les journalistes doivent rendre compte. Ils sont de moins en moins nombreux à le faire sérieusement en France. C’est dommage…

Comment expliquer que certains médias prétendent être objectivement neutres tout en étant objectivement partisans dans le choix des sujets, des angles d’attaque, des vocabulaires employés ?

Vous avez toujours intérêt à vous prétendre neutre et objectif pour votre image. Mais quand ce n’est pas le cas, il ne faut pas bien longtemps pour être démasqué, fort heureusement. Prenez Le Monde, un journal qui se prétend tellement « objectif » qu’il s’arroge le droit de délivrer des « pastilles » de sérieux aux autres médias. Ce même journal, il faut le rappeler, dont un des propriétaires s’est affiché en soutien d’Emmanuel Macron durant la dernière campagne présidentielle… Eh bien, c’est Le Monde qui a créé et mis en ligne le Decodex, cet « outil pour vous aider à vérifier les informations qui circulent sur Internet et dénicher les rumeurs, exagérations ou déformations ». Un journal qui s’érige en arbitre des vraies et des fausses informations, des bons et des mauvais journalistes, et qui s’auto-congratule. Car Le Monde est « en principe plutôt fiable » si l’on en croit ce même Décodex. Le Monde adoube Le Monde. On n’est jamais si bien servi que par soi-même… Plus besoin de censure, les journalistes sont véritablement conditionnés à être dans « le camp du bien », sans se poser la question de la véracité de l’information…

Pensez-vous qu’il existe vraiment une caste médiatico-politique ?

Oui. Il n’y a qu’à voir le décalage entre les discours politiques, relayés par les médias, et la réalité que vivent les Français au quotidien. On a parfois l’impression de deux mondes radicalement différents…

L’État a-t-il un rôle à jouer dans la « gouvernance de l’information » : éduquer aux médias à l’école, encadrer la liberté d’expression, autoriser ou interdire une opinion, un journaliste, un média, posséder des médias d’État, etc. ?

Lénine expliquait qu’il fallait « forcer à être libres » ces pauvres masses qui, décidément, ne comprenaient rien à rien, avaient besoin d’être mises sur le bon chemin. Vous comprenez le danger qui existe dès lors que l’État est tenté de dire, de décréter, d’imposer, à la place de ces « benêts de citoyens », ce qui est acceptable et ce qui doit être interdit… Trop stupides pour juger par eux-mêmes du caractère « vraisemblable » de telle ou telle information, nos concitoyens auraient donc besoin que nous pensions à leur place ? Je fais, moi, bien au contraire, le pari de l’intelligence.

Est-ce à l’État de définir la vérité ?

Poser la question, c’est y répondre. Est-il besoin de vous rappeler les grandes heures du communisme, où la vérité ne pouvait venir que de l’État ? C’est au nom de l’ordre public ou de la sécurité nationale que des États – pour le moins autoritaires – musellent la presse à l’étranger. C’est au nom de la morale ou des bons sentiments, qu’on risque, ici, chez nous, de criminaliser certaines opinions.

Pourquoi les Français, dans leur ensemble (voir l’enquête du Cevipof) semblent si défiants vis-à-vis de la presse ?

N’est-ce pas Xavier Niel lui-même, propriétaire du Monde, qui explique que lorsqu’un journal le dérange, il le rachète, et après « les journalistes lui foutent la paix » ? Comment voulez-vous que les Français aient confiance dans les médias dans ces conditions ?

Est-il possible de définir précisément une fake news, ou l’imprécision du mot et la curieuse définition qu’en donnent les députés ne sont-elles pas le signe qu’il s’agit surtout d’intenter des procès d’intention ?

Pour moi, une « fake news » est tout simplement une fausse information, un bobard. Elles ont malheureusement toujours existé ! Rappelez-vous Colin Powell, à la tribune des Nations Unies, mentant effrontément – jusqu’à montrer une pseudo-preuve de la présence d’armes biologiques en Irak – pour justifier l’invasion militaire de ce pays ? Rappelez-vous, quelques années plus tôt, l’affaire des couveuses qui a en partie justifié l’intervention occidentale pour défendre le Koweit des prétendues atrocités de Saddam Hussein ?

Deux épisodes regrettables mais qui montrent qu’un État aussi peut être à la source de fausses informations ! Alors, qui va dire que l’information est vraie ou fausse ? Non, vraiment, il ne faut en aucun cas légiférer en la matière. Surtout avec une définition aussi floue que celle proposée par les députés de La République en Marche. Définition tellement mal préparée qu’elle a été modifiée en plein examen à l’Assemblée… Je le redis, la loi de 1881 suffit amplement. Elle permet déjà de sanctionner la diffusion de fausses nouvelles. Il est même possible de le faire en référé concernant Facebook et Twitter depuis la loi pour la confiance dans le numérique de 2004. Mais les politiques ne peuvent s’empêcher de faire voter les lois qui les arrangent et qui les servent, sans trop se préoccuper des conséquences qu’elles auront sur le long terme…

Les Français sont de plus en plus nombreux à dénoncer les propos des autres Français : le CSA n’a jamais reçu autant de signalements que ces deux dernières années, dans des proportions qui explosent ; tous les sites d’information proposent de signaler les commentaires qui heurtent le lecteur, etc. Ce n’est pas que l’État qui cherche à museler les expressions différentes, ce sont les Français eux-mêmes qui veulent étouffer le débat ?

La plupart du temps, il s’agit de signalements de commentaires sur Internet. Et il ne faut pas le nier, ils peuvent être problématiques : orduriers, injurieux, menaçants. Nous en avions pris la mesure quand je dirigeais Boulevard Voltaire. Et nous avons finalement fait le choix de les supprimer. Cela n’a en rien nui à notre audience…

Facebook, Twitter, YouTube décident unilatéralement de fermer des comptes, sans que les politiques paraissent s’émouvoir de cette justice privée et orientée : l’Assemblée nationale compte-t-elle s’emparer du sujet ?

C’est ce qui est arrivé tout récemment à TV Libertés… Non, aucune réaction à attendre de l’Assemblée. Les députés ne semblent s’émouvoir des atteintes à la liberté d’expression que lorsque ce sont leurs idées qui sont en danger… Autant dire jamais dans le système actuel. Sans vouloir se rendre compte que c’est précisément cela, la liberté d’expression : être capable de la défendre même lorsque des propos ou des opinions vous choquent…

Quelle serait, selon vous, la bonne politique à avoir en matière d’information, à court terme et à plus long terme ?

L’indépendance des médias et la qualité de l’information sont deux problèmes bien réels et étroitement liés. Au nom de la liberté de la presse, nous devrions supprimer toutes les aides directes et indirectes dont bénéficie la presse écrite et en ligne. Pourquoi cette presse ne fait-elle pas le pari de la qualité, qui lui permettrait de vivre… de ses lecteurs tout simplement ? Je suis toujours étonnée d’entendre des journalistes s’égosiller au nom de la liberté de la presse qui serait bafouée dès qu’on les critique, mais qui ne disent pas un mot sur leurs médias qui vivent pourtant sous perfusion des aides et subventions de l’État. Un seul chiffre : toutes subventions confondues, aides directes et indirectes, taux de TVA…, les aides de l’État représentent 32 % du chiffre d’affaire des grands groupes de presse en France ! Comment peut-on parler d’indépendance dans ces conditions ?

CSA : le temple où se définit le politiquement correct.

Partagez l'article...
Share on Facebook
Facebook

Auteur de l'article : PM