Accueil / Monde / Analyse internationale / Afrique, Orient, quelle place pour la France ?

Afrique, Orient, quelle place pour la France ?

Madama: Patrouille Franco-Nigérienne - Politique Magazine

Aujourd’hui, devant les nouvelles situations, la France doit, soit retrouver sa place avec des moyens cohérents, soit y perdre progressivement ses forces.

Le chef d’état-major des armées (CEMA), parce qu’il porte les opérations du ministère, porte aussi, par fonction, des responsabilités en matière de cohérence générale, à la fois de la programmation et des engagements budgétaires », déclarait en septembre le nouveau CEMA. Le général Lecointre entend donc garder ses prérogatives, dans la ligne de son prédécesseur et en opposition frontale avec le discours présidentiel qui avait décidé Villiers à partir. Macron, chef des armées, décidément bien léger, est « contré » par deux CEMA !

Des armées mal aimées

Commettant une nouvelle faute, il vient d’abaisser dans le protocole l’amiral Rogel, chef de l’état-major particulier à l’Elysée, qui passe ainsi après le directeur de cabinet. C’est mesquin et stupide ! Ancien chef d’état-major de la Marine, Rogel appartient à cette élite ultra-sélectionnée des commandants de sous-marins nucléaires, intelligence brillante servie par le mental d’acier du sous-marinier, c’est un chef respecté avec une indiscutable légitimité opérationnelle et stratégique. Ce « déclassement » ne l’affecte pas, mais c’est une provocation pour les militaires. Elle affiche sur le fond la défiance du président à leur égard et, sur la forme, trahit un discernement altéré par des failles psychologiques… inapte au commandement d’un sous-marin ! Le fossé continue donc à se creuser entre Macron et ses armées, c’est ennuyeux, car la situation y est préoccupante.

En effet l’activité qui leur est demandée dépasse les contrats opérationnels pour lesquels elles avaient été dimensionnées. D’où un surcoût de près d’1 milliard d’euros par an à prendre sous enveloppe dans un budget « défense » qui ne le prévoit pas. Il faut donc chercher ce milliard dans l’équipement des forces : les programmes sont retardés, les matériels ne sont pas remplacés conduisant à l’érosion inéluctable de l’ensemble.

Des politiques stupides

Pourtant il reste beaucoup à faire en Afrique, nos forces s’usent sans résultats durables. Tant que l’Afrique n’aura pas les structures politiques robustes qu’on n’acquiert pas en 50 ans de colonisation, toute pacification restera fragile et il faudra y rester pour l’accompagner.

Mais cette situation, nos gouvernants l’ont aggravée en bombardant la Libye jusqu’au lynchage de Kadhafi. Resté au pouvoir, il aurait traité le soulèvement islamo-tribal de Benghazi, interdit le scandaleux trafic d’êtres humains vers Lampedusa, acheté les Rafale qu’il nous avait commandés. Une poignée de coopérants militaires français ou italiens aurait alors suffi pour accompagner le « roi des rois d’Afrique » dans la stabilisation du Sahel et la neutralisation des infiltrations islamiques à quoi nos armées s’épuisent actuellement.

Au Levant, les opérations ne mobilisent que 1500 hommes mais coûtent cher en équipement, en activité aérienne et en logistique. Les frappes portent leurs fruits surtout grâce à la Russie qui appuie sans réserve l’armée syrienne. Ses bombardiers à long rayon d’action interviennent après décollage du territoire russe et survol de l’lran. Ils sont protégés par les chasseurs Sukhoï 27 basés en Syrie. Nos 14 Rafale de l’armée de l’air et de la marine basés en Jordanie et aux Émirats seraient plus efficaces en coopération avec les Russes mais notre stupide politique arabe l’interdit. Heureusement, face à l’évidence, la France ne fait plus du départ d’Assad un objectif prioritaire. L’expérience libyenne aurait-elle fait réfléchir ces esprits étroits, juste bons pour l’oral de l’ENA ? L’accueil du maréchal Sissi à Paris, malgré la hargne médiatique contre le tombeur des frères musulmans, ouvrirait-il une ère nouvelle?

Dès 2013, il fallait se démarquer de la campagne anti-Assad et des mensonges euro-atlantistes pour se positionner en puissance indépendante dans le règlement d’une crise attisée par des intérêts pétroliers inavouables. Notre statut nucléaire, nos liens immémoriaux avec la Syrie et le Liban nous en donnaient la légitimité. L’affaire se serait jouée entre la France et la Russie et nous n’en serions pas là. Mais c’était l’époque où Hollande et son poulain Macron poussaient un ambassadeur homosexuel au Vatican et torpillaient la vente des « Mistral » aux Russes, où Fabius saluait le travail d’al-Nosra violeur et tueur de chrétiennes. On a la diplomatie qu’on peut !

Du nouveau en Arabie

Et voici que, sans que le quai d’Orsay ait rien anticipé, un jeune prince de 32 ans, Mohammed ben Salman, propulsé au rang d’héritier par son père de 81, prend le pouvoir à Riyad. Là-bas, l’usage était plutôt de le recevoir à 75 ans de son frère. Depuis cette désignation inattendue en juin, il a rencontré Poutine à Moscou, autorisé les femmes à conduire, renvoyé les « Mutawa » dans leur casernes ; cette police religieuse bastonne celles qui se décoiffent et ferme les commerces aux heures de prière. Il veut aussi nettoyer le corpus islamique des hadits criminogènes et vivre en bonne intelligence avec les autres religions. Le 5 novembre, par un quasi-coup d’État, il renvoie ou arrête pour corruption les élites en place, princes, ministres, hauts fonctionnaires, bloquant leur comptes en banques et leurs jets privés. Simultanément, sur fond de tensions avec l’Iran, le Premier ministre libanais sunnite Hariri vient à Ryad pour y annoncer sa démission. Craint-il de finir comme son père, déchiqueté par une bombe chiite ? Serions nous à l’aube d’un tremblement de terre géostratégique que seul Moscou aurait vu venir ? Le président Macron s’essaye à sauver Hariri.

Le Président Poutine et le Prince Mohammed Ben Salman

Le 30 mai 2017, le Président Poutine reçoit au Kremlin le Prince Mohammed ben Salman.

Des politiques possibles

Depuis 30 ans l’armée française est engagée dans des affaires qui l’épuisent par les parvenus qui se déchirent pour le pouvoir. Aucune culture historique, aucune vision politique à long terme, juste une idéologie imbécile, une diplomatie du fric et des appétits personnels qu’il faut satisfaire avant la fin d’un mandat !

Serbie, Irak, Afghanistan, Libye, Syrie, partout nous aurions pu faire autrement! Une vision souveraine aurait épargné le sang, préservé notre appareil de défense et accru notre crédibilité.

Ainsi, en 2003, la France est sortie grandie de son veto sur l’Irak et confortée par ses conséquences tandis que l’Armée britannique s’embourbait à Bassorah. Elle ne s’en est jamais remise.

Face aux bouleversements qui se dessinent dans le Golfe, allons-nous y retrouver notre place ou continuer à jouer, pour notre perte, les zélés supplétifs de ceux qui veulent nous voir disparaître dans le « machin » européen?

Lucide, le nouveau CEMA réclame une révision à la baisse de ces engagements interminables qui nous affaiblissent. C’est possible avec une autre politique, avec du courage, de l’intelligence et cette vision à long terme qui manque à nos démocraties, mais pas au jeune prince Ben Salman à Riyad. Il nous en faudra alors que là bas vient de tomber Rakka, l’ultime bastion du califat islamique, et que d’autres défis nous attendent ici dans ces banlieues que les préfets interdisent aux gendarmes.

 

Partagez l'article...
Share on Facebook
Facebook

Auteur de l'article : Mathieu Épinay

Collectif de spécialistes des questions de Défense