Accueil / Image en une / Féministes, prostates et CRS

Féministes, prostates et CRS

Réfuter une idiotie est un des grands plaisirs de l’existence. Et lorsque cette idiotie est par surcroit toxique, nuisible, malfaisante, le plaisir est encore plus grand.

De toutes les formes de réfutation possible, ma préférée est la réfutation en actes – la réfutation silencieuse mais sans réplique, et qui souvent échappe à celui qui est réfuté, cerise sur le gâteau de mon contentement.

Genre, Diogène marchant de long en large devant Zénon en train de lui démontrer par A+B que le mouvement n’existe pas ; ou bien Simone de Beauvoir, la grand-mère de toutes les féministes « radicales », se conduisant comme une serpillère avec son Jean-Paul ; ou encore un adepte de Michel Foucault se précipitant chez le médecin pour faire soigner son panaris après avoir expliqué pendant des années que la médecine n’était qu’un « pouvoir » et un « discours » comme les autres.

Or donc, ceci étant posé, comment ne pas sourire d’une oreille à l’autre en entendant des militantes féministes, tendance « on va tous leur couper les couilles au ras de poils », se plaindre d’avoir été victimes de violences policières ?

On commence par défiler en scandant : « Un homme, une balle, justice sociale ! », on déploie des banderoles sur lesquelles sont marqués de sympathiques slogans du type : « Dis à ton père, ton pote, ton frère, que la fête est finie, les féministes sont de sortie ! », on tague sur les vitrines « On se lève et on broie vos prostates » ; on se sent bien, on se sent invincibles, on en est sûre le genre est une construction sociale et on se dit que ces salauds de mâles doivent trembler dans leur slip kangourou en voyant toutes ces femmes fortes rassemblées. Ce soir, on châtre le patriarcat avec un sécateur rouillé après lui avoir enfoncé une batte de base-ball entourée de fil de fer barbelé dans le fondement. Toutes ensemble ! Toutes ensemble ! Ouais !

Mais soudain apparaissent des hommes – des hommes ! – casqués et bottés, dont manifestement « Le deuxième sexe » n’est pas le livre de chevet (savent-ils seulement lire ? Cela est douteux), et qui en quelques minutes dispersent sans ménagement les femmes fortes. La fête est finie, en effet, mais pas tout à fait comme on l’espérait.

Adieu machos castrés, prostates broyées, patriarcat pulvérisé, il ne reste plus qu’à aller soigner son orgueil blessé en allant se plaindre amèrement dans les colonnes de Libé… Le genre comme construction sociale vient d’être réfuté par un coup de pied au cul virilement administré et nos militantes dépitées pourront désormais méditer à loisir cette parole d’un grand philosophe : « L’égalité des sexes ? On en reparlera lorsqu’il faudra porter quelque chose de lourd. »

Partagez l'article...
Share on Facebook
Facebook

Auteur de l'article : Aristide Renou

Publication de l'article : 11 mars 2020