Votre publicité ici
Publicité 728 x 90
Accueil / Editoriaux / Fin de l’année

Fin de l’année

Macron face au terrorisme - Politique Magazine

Nous voici à la fin de l’année 2017 qui a vu beaucoup de changements en France, et au début de l’année 2018 qui est grosse d’incertitudes. Amis lecteurs, vous aimez votre journal Politique magazine : il traite des questions d’actualités comme aucun autre journal. Dans ce numéro, comme dans les précédents, une vaste étendue d’informations mais aussi d’explications est abordée : l’Europe, la Défense, la décentralisation et l’organisation territoriale, les risques monétaires, les dangers économiques, l’actualité culturelle. Tous ceux qui sont habitués à lire nos chroniques et nos articles, savent qu’il y a là une ligne éditoriale pour ainsi dire unique dans la presse française : les actualités y sont analysées en profondeur dans le cadre d’une réflexion historique et, à sa manière, philosophique qui n’hésite pas à rappeler quelques vérités fondamentales dont les constructeurs d’abstractions et les politiciens en mal de domination prétendent se soustraire.

Politique magazine n’a pas cédé aux charmes macroniens. L’homme a été assez habile pour se présenter à un de ces moments décisifs qui reviennent de manière récurrente dans l’histoire de notre pays et où les Français, lassés des luttes partisanes stériles, s’en remettent à un pouvoir venu « d’ailleurs » qui leur offre d’autres horizons que les perpétuelles et insanes querelles idéologiques et politiciennes. Macron a profité de la situation.

Cependant, il n’est pas venu réellement « d’ailleurs ». Loin d’être au-dessus du système, il en sort fort concrètement et il essaye d’en combiner les forces. Laissant, par exemple, un Blanquer mener sa juste réaction dans l’Éducation nationale dont il sait par son propre milieu familial à quel point les familles françaises y sont attachées, gardant un Hulot fébrile à ses côtés pour rassurer les écologistes, donnant à un Philippe adroit ses coudées franches pour gérer le quotidien de la France, menant par des ministres qui sont tout sauf socialistes, des réformes partielles autant que les circonstances le permettent, il se réserve le rôle de « patron ». Lui voit où il faut aller. Il se met en position et en scène, comme son dernier entretien à l’Élysée l’a suffisamment montré.

Mais ce qu’il voit, ce n’est pas la France, ce n’est plus la France en tant que telle ; c’est un rêve, son rêve, tel qu’il l’a forgé à l’écoute de ses professeurs, de ses inspirateurs et de ses instigateurs : la construction d’une Europe fédérale totalement intégrée qui aurait, de plus, dans son esprit, l’avantage de résoudre le problème français, car la France est pour lui un problème. Il n’en a pris la direction que pour la conduire vers l’Europe du seul salut. Il croit en sa mission : cette certitude ressort de tous ses discours. Son action n’est dictée que par cette conception qui est une sorte de foi laïque. Il n’envisage de règlement des difficultés que dans cette configuration. Il le dit à toutes occasions, en toutes circonstances, comme ce numéro de Politique magazine le montre encore. En cela il est le parfait élève de toute la génération précédente dont il prend la suite. Sauf que lui, il croit : il y croit et il se croit. Il se sert de sa foi comme d’un tremplin.

Il ne refaçonne le système que pour réussir dans son entreprise. Comprenons bien : il ne renie nullement le système ; il le transforme pour en améliorer l’efficacité à son service et pour son plan ; il joue des partis, bien sûr, en installant le sien qui doit absorber les autres ou les annihiler. Son intention est de renouveler au niveau européen ce qu’il considère comme son succès français. Demain Macron, chef charismatique d’abord, puis président d’une nouvelle Europe : oui, tel est le rêve !

Les Français sont floués. Une fois encore. Par une sorte de faux sauveur. Alors, que faire ? dira-t-on. Eh bien, expliquer et expliquer encore le pourquoi et le comment de cet invraisemblable et, cependant, perpétuel marché de dupes. Politique magazine s’attelle à cette tâche : aller au fond du problème politique.

Concluons : s’il faut désespérer, désespérons donc du système… Oui, parfaitement : ce désespoir-là est salutaire. Car si la France est susceptible d’espérance – et elle l’est –, elle doit l’attendre « d’ailleurs ». D’un véritable « ailleurs ». Comment ne pas y penser en ces jours de Noël et de Nouvel An ?

Le Cercle de l’Œillet Blanc nous prie d’annoncer que la Messe à la mémoire du roi Louis XVI aura lieu à Paris, à Saint-Germain l’Auxerrois, Samedi 20 janvier à 11 heures précises en présence de Mgr le comte de Paris et de Madame la comtesse de Paris.

Share on FacebookTweet about this on Twitter

Auteur de l'article : Hilaire de Crémiers

Directeur de la publication de Politique magazine et de la Nouvelle revue universelle
Votre publicité ici
Publicité 250 x 300