Accueil / Editoriaux / L’homme pressé

L’homme pressé

Car c’est bien le sujet de l’heure. L’homme est pressé d’agir. Il joue le chef. La situation en exige un, de fait. Il n’en est qu’au début : il a déjà commis des erreurs, des fautes. Connaît-il suffisamment la vie, les choses de la vie, la politique, la France réelle, l’Europe dans sa complexité, le monde qui n’est pas forcé d’obéir à ses impulsions juvéniles ?

Il parle et il parle trop sur tous les sujets, comme un élève qui récite des cours tout faits. Avec des vues justes comme il se doit et beaucoup d’idées fausses qui tiennent à ce « corpus » doctrinal catéchétique dont le fond façonne toute notre élite républicaine, financière, économique, politique. Comment des idées aussi stupides peuvent-elles dominer des esprits, par ailleurs, brillants ? C’est le grand et unique problème de la France depuis deux cents ans. Les catastrophes du passé, la longue descente de la France dans la voie d’un déclin dont il est de bon ton de dire maintenant qu’il est inéluctable, l’impossible gageure des promesses électorales répétées et des innombrables réformes avortées, les tombereaux de lois ou d’ordonnances, de décrets et de règlements qui sont déversés à longueur d’années sur cette pauvre France aux 800 000 normes (!) et pour qui l’État obèse et inefficace légifère encore et en vitesse pour, paraît-il, mieux la libérer, autrement dit encore et toujours de la loi pour prétendument libérer de la loi, ce fantastique cercle vicieux dans lequel notre France est ficelée, rien, absolument rien, ne paraît devoir éclairer ni la classe dirigeante ni le peuple français conduit d’isoloir en isoloir à sa propre déchéance.

L’expérience Macron qui ne fait que rajeunir des velléités de réforme d’un régime, en lui-même irréformable, ne montrera que trop l’impasse où la France s’est fourvoyée. Macron ne sera pas plus un sauveur qu’Hollande ou Sarkozy. Même dans le domaine éducatif où un Blanquer essaye de redresser la barre, il est malheureusement probable qu’il sera quasi impossible de revenir sur des habitudes devenues invétérées. Notre devoir est de claironner cette vérité politique, la plus certaine qui soit. La Providence se chargera de l’avenir.

En attendant, chers Amis lecteurs, lisez votre et notre journal. Il est l’expression d’un courant de pensée qui vous est cher. Il nous est commun. Faisons-le prospérer. Si vous avez été abonné, réabonnez-vous. N’hésitez pas à abonner des amis ou à faire connaître ce numéro. Vous pouvez en commander à notre siège.

J’ose aller plus loin. Vous trouverez en page 5 du magazine, un formulaire de don qu’il est facile de remplir et qui donne droit à une déduction fiscale. Votre aide nous sera précieuse en ce moment décisif. Merci à ceux qui l’ont déjà fait.

Le site internet a retrouvé son activité et sera encore développé dans les semaines qui viennent. Et nous avons repris pour les Parisiens nos « mardis de Politique magazine ».

Soyez sûrs de notre reconnaissance. Renouons le lien entre nous avec ce numéro de Politique magazine. Je n’ai plus qu’à vous en souhaiter bonne lecture !

Partagez l'article...
Share on Facebook
Facebook

Auteur de l'article : Hilaire de Crémiers

Directeur de la publication de Politique magazine et de la Nouvelle revue universelle