Votre publicité ici
Publicité 728 x 90
Accueil / Economie / Economie française / L’Euro-Illusion

L’Euro-Illusion

Emmanuel Macron et Angela Merkel - Politique Magazine

Comment oser affronter la question monétaire et toutes les questions connexes qu’elle entraîne ? Macron, comme ses prédécesseurs, en est réduit à tenter de ne corriger que les conséquences.

Clemenceau, conscient du danger de l’armée en politique, aimait à rappeler qu’on peut tout faire avec les baïonnettes sauf s’asseoir dessus. N’en va-t-il pas de même de la monnaie ?

Depuis des millénaires, cet instrument indispensable, omniprésent dans la société, courroie de transmission de la prospérité, mène à la ruine s’il est mal géré. La monnaie est asymétrique, limitées sont ses vertus, grands les troubles qu’elle peut engendrer.

L’histoire prégnante

Les Français entretiennent un rapport compliqué avec la monnaie. Ils préfèrent les « valeurs sûres ».

Il y a de quoi, ils ont connu le meilleur et, souvent, le pire. Au XVIIIe siècle deux tentatives de monnaie- papier se traduisent par des échecs cuisants pour les épargnants. Le « système » de Law, pourtant novateur, se termine en banqueroute. Les assignats émis par la République, gagés sur les biens nationaux spoliés, perdent toute valeur en quelques années…

Le XIXe, siècle d’argent s’il en fut, va mieux. La stabilité du franc germinal dure plus d’un siècle.

Dès le début du XXe siècle, un tiers de l’épargne française disparaît dans les obligations russes, le reste finira dans les emprunts nationaux de la grande guerre. Entre les deux guerres le président Poincaré rétablit la valeur du franc, tandis qu’en Allemagne l’hyperinflation faisait rage, compromettant le paiement des dommages de guerre.

Les trente glorieuses seront une période de reconstruction mais aussi de forte inflation jusqu’à la fin des années 80.

Faut-il s’étonner de l’attachement des Français à la pierre et de l’habitude de la République de contracter des dettes dont l’inflation, impôt déguisé, allège le fardeau ?

Las ! L’inflation a disparu et notre jeune président explique aux épargnants qu’ils sont de vils rentiers.

Débat télévisé - Election présidentiel 2017 - Politique Magazine

Un débat qui a mal tourné

Pas étonnant qu’une bonne partie du débat télévisé ait porté sur la monnaie unique. Au cours de cet affrontement digne de David et Goliath, Madame Le Pen entendait « solutionner » les maux de la France par un retour au franc. Il me semble qu’elle avait à la fois raison et tort.

Elle a raison, car si la monnaie unique rassure les épargnants proches de la retraite, Français comme Allemands, qui craignent à juste titre la dépréciation monétaire, elle garantit aux exportations allemandes un débouché à l’intérieur de la zone euro. Elle permet à l’industrie manufacturière allemande d’importer à bon compte les matières premières et les produits de base, sans que, forte de son efficacité, ses parts de marché soient mises en péril par une monnaie surévaluée. Elle met hors-jeu les concurrents de la zone euro, notamment les entreprises françaises qui, ne pouvant plus compenser par la dévaluation leur manque de compétitivité, sont condamnées à mourir ou à se délocaliser.

Cette situation est la conséquence des choix passés. Pour la France, celui d’une industrie de main-d’œuvre qui compense son manque de productivité par une politique de monnaie faible, une inflation entretenue par l’indexation des salaires, des dévaluations récurrentes pour limiter le déficit du commerce extérieur. Tout l’opposé de l’Allemagne, où industrialisation, gains de productivité, monnaie forte et excédents sont les maîtres mots.

Cette situation a été aggravée par la loi Aubry de 1998, limitant à 35 heures la durée hebdomadaire du temps de travail. Fruit de la conviction naïve que l’économie est un jeu à somme nulle, qu’en limitant le temps de travail, on « forcera » les entreprises à embaucher. Mais le travail de l’homme n’est pas une simple variable. En tout cas pas la seule, et les entreprises censées embaucher ont fait différemment. Les meilleures ont compensé par des gains de productivité, les autres ont diminué les services rendus ou sont parties. Quant aux salariés, ils ont pris goût aux loisirs et considèrent désormais qu’ils « ont droit » à la réduction du temps de travail.

La monnaie unique, contemporaine de cette contrainte, a été la courroie de transmission de la machine à détruire les emplois, les PME françaises ne pouvant plus compenser la hausse des coûts salariaux par la dépréciation de la monnaie. Résultat, la France a le temps de travail le plus faible de tous les pays européens.

Les choix qui pèsent

Autre choix, l’ISF, promesse électorale de l’ère Mitterrand, qui frappant le capital, pousse, dès le début des années 80, les « riches » mais aussi les entrepreneurs à quitter le territoire. L’État, piètre investisseur et mauvais gestionnaire, n’a pas su les remplacer, la courbe du chômage est là pour le prouver.

À 57% du PIB (Produit Intérieur Brut, le chiffre d’affaires du pays), les dépenses publiques françaises battent un record. La moyenne des pays développés est à 45%.

La progression des dépenses publiques depuis cinquante ans provient à 90% des prestations sociales, des transferts sociaux et de la rémunération des fonctionnaires ; mais la majorité (70%) vient des deux premiers postes. En clair, des retraites, allocations familiales, RSA, allocations chômage et des aides (logement, santé et éducation). L’État, impuissant à résorber le chômage, s’est transformé en organisme de sécurité sociale. Les dépenses salariales de la fonction publique ont augmenté certes, mais moins vite que le nombre des fonctionnaires. Le but n’est plus d’assurer la qualité du service public mais de limiter le chômage. Les autres dépenses, éducation, sécurité, justice ont peu progressé.

Les emplois publics représentent 22% de la force de travail contre 11% en Allemagne et 18% en Grande-Bretagne. Comment ces dépenses sont-elles financées? Les prélèvements obligatoires s’établissent en France à 45% du PIB contre une moyenne de 34% dans les pays de l’OCDE. Mais ce n’est pas suffisant, et l’endettement de l’État continue à augmenter, proche maintenant de 100% du PIB tandis qu’il diminue en Allemagne, tendant désormais vers 70% du PIB.

Un illogisme radical

Pourquoi, dans ce contexte avoir voulu faire entrer la France dans la monnaie unique ?

Côté « politique », espoir naïf d’arrimer l’Allemagne à l’Europe et surtout méconnaissance des mécanismes monétaires.

Côté « autorités monétaires », la volonté dune telle idée se fait jour dès avant la création de la zone euro, à l’époque du « Serpent Monétaire Européen » et de Monsieur Trichet à la Banque de France : une monnaie forte, interdisant les dévaluations, obligeant la France à entreprendre les nécessaires réformes. Ça passe ou ça casse. Eh bien, ça a cassé ! Toujours le jeu technocratique à somme nulle et la confusion des paramètres. Au lieu d’affronter syndicats et fonctionnaires, les entreprises se sont délocalisées, laissant les chômeurs à la charge de la collectivité.

Est-ce que, par un coup de baguette magique, la sortie de la monnaie unique ramènerait en France les emplois perdus, les entreprises délocalisées, les patrimoines qui ont fui ? Peut-être, mais pas immédiatement et pas complètement !

Une dépréciation de 20 à 30% de la nouvelle monnaie permettrait un gain de compétitivité de même proportion. Mais les produits français intègrent désormais des composants extérieurs qui seront renchéris dans la même proportion. Le véritable gain de compétitivité ne porterait que sur la seule valeur ajoutée française. Par ailleurs, cet avantage ne serait pas immédiat, il faudrait le temps que les acheteurs comprennent que le produit est moins cher et décident de l’acheter. Les effets positifs d’une dévaluation ne sont pas immédiats. Contrairement aux effets négatifs, l’augmentation du coût des importations touchant autant, voire plus, les consommateurs de produits de consommation courante que les acheteurs de cylindrées allemandes. Certes, la valeur de la dette française, désormais remboursable en francs, baisserait ; avantage illusoire pour l’État français dont les rentrées seront elles aussi, en francs. Ce ne sera pas le cas des porteurs étrangers d’obligations de l’État français (60% de l’en-cours) qui, eux, subiront la dévaluation de plein fouet et hésiteront à revenir.

Mais quand bien même cet avantage serait effectif, n’inciterait-il pas à retomber dans les errements anciens des dévaluations compétitives et ne retarderait-il pas d’autant la mise en œuvre des réformes ? Domaine où la France a un retard de vingt ans par rapport à l’Allemagne où elles furent entreprises par le chancelier Schröder à la fin des années 90.

Mario Draghi et Angela Merkel - Politique Magazine

Mario Draghi, président de la BCE, et Angela Merkel, les deux maîtres de l’Europe.

La zone euro n’est pas non plus la panacée. L’ancien directeur du commerce international, Monsieur Lamy, reconnaît que l’euro est un demi-échec et il craint pour son avenir. Il déplore l’absence d’un véritable prêteur de dernier ressort. En effet, l’activisme de la BCE, non conforme aux traités, est mal supporté par les Allemands qui continuent à jouer « national ». Aucun constructeur étranger n’était présent aux réunions secrètes du cartel de l’industrie automobile allemande. Peut-être avaient-ils décliné l’invitation ?

Le Président Macron, ancien banquier d’affaires, est familier des entreprises qui, dans un laps de temps court, peuvent changer produits, clientèle, sièges sociaux, fiscalité, dirigeants et employés. Il en va bien différemment des États qui ne peuvent changer qu’à la marge, et encore très peu. Il n’est que de voir les réticences soulevées en Allemagne par la politique d’immigration proposée par la chancelière Merkel.

Peut-on, dans cette entreprise ardue de réforme économique de la société française, attendre de l’aide de la part de l’Europe ? Gageons que, le risque d’un éclatement de la monnaie unique désormais écarté, les autorités de Bruxelles seront promptes à exiger de la France qu’elle respecte ses engagements, notamment en matière de rigueur budgétaire. Angela Merkel réélue ne se laissera pas séduire par Macron. Elle le dominera.

Share on FacebookTweet about this on Twitter

Auteur de l'article : Alain Pélops

Bio

Votre publicité ici
Publicité 250 x 300