Accueil / Culture / Un village français

Un village français

En 1901, Henri Le Sidaner arrive à Gerberoy. Xaintrailles et La Hire étaient passés par là en 1435 (ils y défirent les godons). Rien n’avait changé, ou presque. La Révolution a ruiné la collégiale mais laissé en place toutes les maisons modestes, les fossés sont comblés mais les grands arbres en dessinent le contour. Le Sidaner les peint toutes, ou presque, faisant surgir un miracle de calme et de douceur, tables attendant leur convives au crépuscule, modestes jardins fiers de leur balustrade. Les Gerboréens se piquent au jeu et le village devient un amoncèlement de rosiers. La belle collection « Regards… », des Éditions du Patrimoine, lui consacre un livre où chaque photo témoigne du calme bonheur qui y règne, parfait village français qu’aucune zone industrielle ou artisanale ne flanque mais où la maison bleue, aux colombages peints, porte 1691 sur le linteau de la porte. Le chapier de la collégiale est encore plein, les miséricordes des stalles sont plaisamment grotesques, la rue du Logis-du-Roy (il y a cinq rues pour tout le village) tourne doucement en suivant les remparts et il y a un musée municipal au parquet bien ciré. C’est dans l’Oise mais c’est presque perdu dans le temps.

Gerberoy, collectif. Editions du Patrimoine, 2019, 64 p., 12 €.
Partagez l'article...
Share on Facebook
Facebook

Auteur de l'article : PM