Accueil / Culture / Un Tintin sous influence

Un Tintin sous influence

Voilà un travail passionnant sur les inspirations cinématographiques d’Hergé. Celui-ci ne s’était jamais défendu d’avoir été inspiré par ceci ou cela mais l’ouvrage de Bob Garcia est une mine inépuisable de rapprochements pertinents, de mises en parallèle fécondes, d’attention intense portée à ces deux arts de narration visuelle que sont bande dessinée et cinéma. Ajoutons tout de suite que, comme à son ordinaire, Hergé s’était montré assez inquiet des accusations de plagiat pour ne pas voir avoué des influences évidentes, et même criantes. À franchement parler, savoir que Destination… Lune ! (1950) a été une source majeure pour le diptyque lunaire de Tintin ne vient pas diminuer l’admiration qu’on porte à son auteur : autant considérer que Poussin n’est pas si bon peintre puisqu’il s’inspire de la Bible. Mais Hergé tenait à apparaître comme un artiste complet, conteur et dessinateur de talent, quitte à passer sous silence les contributions de Bernard Heuvelmans, Edgar P. Jacobs ou Jacques Martin pour les scénarios et les dessins. Pourtant, le génie de l’auteur de Tintin est précisément cette capacité à saisir l’époque, à la synthétiser dans ses aventures, à jeter dans le creuset d’une forme bien particulière tout ce qu’il a vu, entendu, lu (et la critique des sources hergéennes est abondante sur ce point) et compris. Bob Garcia en a d’ailleurs fait sa méthode : il a décidé de voir tout ce qu’Hergé a dit avoir vu ou aurait pu voir ! Il n’y fallait que vingt ans d’obstination et un œil exercé capable de repérer dans un film de Buster Keaton une séquence de Tintin en Amérique, ou de voir que Groucho Marx, dans Une Nuit à l’Opéra, passe d’une cabine à l’autre comme Tintin dans Le Crabe aux pinces d’or. De nombreuses pages reproduisent affiches et images de films (sans les illustrations de Tintin correspondantes, hélas, les ayants-droits étant d’une raideur insensée quant à la diffusion des images de Tintin) avec un commentaire qui va à l’essentiel. On ne saurait épuiser le livre, qui multiplie les points de vue et se présente comme un guide pour relire tout l’œuvre d’Hergé sous cette lumière particulière.

Par Richard de Seze
  • Bob Garcia, Tintin, du cinéma à la BD. Desclée de Brouwer, 2019, 274 p., 19,50 €.
Partagez l'article...
Share on Facebook
Facebook

Auteur de l'article : PM