Accueil / Culture / Chronique culturelle / Triste Nuit des Molières

Triste Nuit des Molières

Pas de public… mais, en revanche, un palmarès intéressant.

Pourtant, pour une fois la sélection était de qualité, autant pour le théâtre privé que pour celui que l’on appelle théâtre public, en d’autres termes spectacle subventionné.

Certes la récompense du Molière du comédien dans un spectacle de théâtre privé à Niels Arestrup, dans Rouge, de John Logan, était amplement mérité, bien que le jeu de cet acteur, monstre sacré, dit-on, est parfois uniforme et mis en boucle.

Par contre et sans ambiguïté, Alexis Moncorgé, qui jouait à ses côtés, mérite la récompense dans un second rôle. Nous avions assisté à son spectacle magistral, qui nous avait beaucoup émus, Amok de Stefan Zweig, au Théâtre de Poche Montparnasse.

On jubile avec la nomination de Pierre Richard dans Monsieur X au Théâtre de l’Atelier. Un grand artiste ! digne descendant de la tradition des clowns et de la commedia del arte.

Plus encore Les élucubrations d’un homme soudain frappé par la grâce, tant le jeu d’Edouard Baer, s’est toujours révélé d’une grande finesse.

La valeur n’attend pas le nombre des années, mais parfois il faut de nombreuses années pour être reconnu. Ainsi la grande Sociétaire de la Comédie Française, Christine Murillo, déjà célébrée dans un second rôle pour La Mouette, deux prix pour des courts métrages, obtient son troisième Molière dans un spectacle de théâtre public pour La Mouche.

Electre des bas-fonds de Simon Abkarian a eu les hommages des jurés, mais par honnêteté

je ne puis point vous en donner un avis n’ayant pas assisté à ce spectacle. Toutefois la qualité du comédien et animateur de théâtre est indiscutable. Il obtient trois Molières : Molière du théâtre public, le Molière de l’auteur francophone vivant et le Molière du metteur en scène d’un spectacle de théâtre public.

Fait rare, deux pièces de Feydeau ont été mises à l’honneur, La puce à l’oreille et La Dame de chez Maxim. (Comme quoi on peut encore rire en France !

The last but non the least : la pièce Marie des poules – gouvernante chez George Sand, jouée par Béatrice Agenin et Arnaud Denis, qui en a fait la mise en scène, dont nous avions rendu compte avec éloges dans Politique Magazine. La pièce a reçu deux Molière, très mérités : Meilleur spectacle dans un théâtre privé et Meilleure comédienne dans un spectacle de théâtre privé.

 

Partagez l'article...
Share on Facebook
Facebook

Auteur de l'article : Bruno Stéphane-Chambon

Chroniqueur théâtre
Publication de l'article : 26 juin 2020