Accueil / Culture / Rien n’est fatal

Rien n’est fatal

La Française du Nil est la promesse de vivre un voyage riche en rencontres et en rebondissements. En toile de fond, un hommage vibrant à l’âme égyptienne, qu’appuie une vive exigence d’authenticité. C’est là le vrai fil rouge de ce roman qui met la nature et les êtres humains au centre du récit.

Gaïa, femme atypique originaire de l’Ardèche, parlant l’arabe, éprise d’égyptologie, accompagnée de Luis, son compagnon, et du fidèle Mansour, nous entraîne à Gurnah, petit village au bord du Nil que rougeoie régulièrement le khamsin, vent chaud et sec venu du désert. Au fil des pages, notre regard épouse cette terre accueillante et mesure l’attachement qui lie notre héroïne à ses habitants. Voulant les associer à son projet de construction de bateaux, il lui faut s’imposer dans un pays musulman très confiné dans ses traditions. Pari impensable pour une femme : elle le gagnera. Plus difficile sera le combat audacieux qu’avec sa sensibilité d’occidentale elle va mener contre l’excision des femmes, pratique d’autant plus enracinée qu’elle remonte aux pharaons.

Lorsque, dans un pays secoué par les attentats, son entreprise se voit frappée par la crise économique, le monde de Gaïa vacille. Devra-t-elle tout quitter ? L’espoir chevillé au cœur, surmontant sa détresse pour ne pas lâcher ceux qui ont cru en son rêve, elle tentera de briser la fatalité. Avec ses allures de documentaire, ce roman de Yolaine Destremau nous fait vivre l’éclosion d’un destin au cœur de cette fascinante Egypte et soulève une question existentielle qui donne à ce roman une force exceptionnelle. Jusqu’à la dernière page, le suspense est au rendez-vous. Et aussi le charme infini d’une écriture.

Yolaine Destremau, La Française du Nil, éd. Pierre Guillaume de Roux, 18 €.
Partagez l'article...
Share on Facebook
Facebook

Auteur de l'article : Madeleine Gautier

Chroniqueur théâtre