Accueil / Culture / Pourquoi se taire ?

Pourquoi se taire ?

À l’été 2018, Mgr Viganò accuse le pape François de couvrir des prélats haut placés, dont le cardinal McCarrick, un de ses proches : tous sont réputés être des prédateurs homosexuels utilisant leur position pour abuser des séminaristes. L’affaire secoue les milieux catholiques et, au-delà, tous ceux qui voient en François le rénovateur bienvenu de l’institution catholique. Le Vatican réagit curieusement : François refuse obstinément de répondre directement à Viganò. Alors qu’une campagne de presse se déchaîne contre l’ancien nonce aux États-Unis, celui-ci maintient ses accusations qui, au fil des mois, reçoivent les confirmations les plus diverses et les plus inattendues, le cardinal McCarrick étant enfin réduit à l’état laïc, le cardinal Ouellet confirmant, presque malgré lui, que les documents évoqués par Viganò existent bel et bien, le jésuite James Martin dressant la liste des prélats favorables à l’homosexualité et, finis coronat opus, l’ouvrage Sodoma, de Frédéric Martel, expliquant à quel point le Vatican et les sphères dirigeantes de l’Église sont emplis d’homosexuels militants et pratiquants. Marco Tosatti, longtemps spécialiste du Vatican pour La Stampa et animateur du blog Stilum Curiæ, revient sur cet épisode étonnant, qui n’a pas fini de troubler la communication du Vatican. C’est une courte synthèse, qui n’hésite pas à citer longuement des articles déjà parus mais a le mérite, par sa brièveté même, de rendre compte de la stupeur provoquée et par l’accusation et par la défense surprenante de François et de ses soutiens, et qui se conclut sur la question inévitable : si tout est faux, il est bien simple de le démentir ; alors, pourquoi continuer de se taire ?

Par Philippe Mesnard
Mario Tosatti, Viganò et le pape – le récit d’un témoin. Presses de la délivrance, 2019, 110 p., 10,50 €.
Partagez l'article...
Share on Facebook
Facebook

Auteur de l'article : PM