Accueil / Culture / Livres / Destins tragiques
François-Joseph et Sissi, Le devoir et la rébellion - Politique Magazine

Destins tragiques

Il n’est pas d’Européens et, surtout, d’Européennes qui n’aient rêvé de Sissi ! Livres, films, innombrables articles. Car Sissi, impératrice d’Autriche, reine de Hongrie, est en elle-même une sorte de rêve. Il fallait Jean des Cars, l’historien reconnu et talentueux des dynasties européennes, pour mettre une consistance, une existence vraie sous tant d’apparences, souvent trompeuses. Son livre est d’abord une vie de Sissi, mais il la lie si intimement à celle de son époux François-Joseph que le livre est intitulé très justement François-Joseph et Sissi et sous-titré Le devoir et la rébellion, ce qui est une manière de dire ce que fut la vie de ce couple étonnant.

L’Europe du XIXe siècle défile sous nos yeux en une succession de tableaux, vivants, précis, complets, dont l’écriture limpide clarifie la complexité des situations. Jean des Cars domine son sujet qu’il connaît parfaitement et dans ses moindres détails, y ayant déjà longuement travaillé et ayant profité d’une documentation exceptionnelle. De Munich à Vienne, de Vienne à Budapest, la petite duchesse en Bavière, de branche cadette, s’est trouvée hissée au sommet de l’Europe, comme impératrice-reine d’une double monarchie à l’histoire millénaire, tout cela à cause d’un coup de foudre non prévu de ce François-Joseph de Habsbourg, devenu empereur plus jeune que prévu, à la suite de la renonciation de son père.

Lui, fut amoureux tout de suite et toujours, mais, en même temps, terriblement pris par ses devoirs où il dut affronter toutes les difficultés des mutations révolutionnaires de l’Europe ! Ce fut une lutte continuelle tout au long d’un long règne où les revers s’accumulèrent.

Elle, c’est une Wittelsbach. L’hérédité la tient. Elle est charmante, ravissante, mais instable. Elle ne supporte pas la vie de cour ; elle supporte encore moins son autoritaire belle-mère. Elle aime, mais elle est fantasque et elle se met à courir le monde à pied, à cheval, en vapeur, de Madère à Corfou, d’Irlande à la Provence, de plus en plus souvent « ailleurs », compliquant la vie de son mari qui doit accepter et arranger sa solitude. Elle lui donne des enfants mais rêve de cet  « ailleurs » qui n’existe nulle part. Cependant elle a des idées politiques dont certaines auraient pu être heureuses ; elle a contribué à la réconciliation de la Hongrie et des Habsbourg. Mais le malheur rôde autour du couple qui se cherche et se retrouve ; et puis la mort frappe, de plus en plus proche, jusqu’au drame de Mayerling où c’est Rodolphe, le fils prodigue mais aimé, qui est retrouvé « tué ». Jean des Cars sait tout sur le sujet et il le dit avec la finesse qui convient. Le sort de Sissi ne pouvait être que tragique ; elle meurt assassinée, presque par hasard, par un anarchiste italien qui ne savait pas trop ce qu’il faisait, à l’étranger , loin de chez elle, à Genève, au cours de sa dernière escapade pour sortir du monde conventionnel qu’elle fuyait. En fait, pour sortir d’elle-même. Mais comment ne pas l’aimer ? Et comment ne pas regretter que ce couple qui fascine encore aujourd’hui les imaginations, n’ait pas réussi à faire mieux ? La dynastie en eût été sauvée. L’Europe aussi. Jean des Cars le suggère à toutes les pages. D’abondantes iconographies et illustrations enrichissent ce livre très soigné dans sa présentation. Un livre à offrir.

François-Joseph et Sissi, Le devoir et la rébellion
Jean des Cars, Editions Perrin, 534 p, 25  €.

Partagez l'article...
Share on Facebook
Facebook

Auteur de l'article : Hilaire de Crémiers

Directeur de la publication de Politique magazine et de la Nouvelle revue universelle