Accueil / Culture / Livre. La mort n’est pas un jeu d’enfant

Livre. La mort n’est pas un jeu d’enfant

Flavia de Luce, en cet été 1950, n’a pas encore fêté son onzième anniversaire mais c’est une redoutable enfant prodige, d’une maturité inquiétante, dont la seule passion, outre la bicyclette, est de s’enfermer dans son laboratoire afin de se consacrer à la chimie, l’étude des poisons et celle des processus de décomposition des cadavres …
Il est vrai qu’entre son père, officier en retraite et philathéliste toqué, ses deux sœurs aînées, l’une accrochée à son poudrier, l’autre à ses livres, et la terrible tante Felicity, la fillette, recluse dans le vieux manoir ancestral, n’a guère d’amusements. Aussi, quand l’occasion de jouer les détectives amateurs se présente, s’empresse-t-elle de sauter dessus.
Qui a électrocuté Rupert Porson, animateur vedette d’une émission enfantine de la BBC et prodigieux marionnettiste, alors qu’il donnait une représentation à Bishop’s Lacey ? D’ailleurs, pourquoi cette gloire de la télévision était-elle venue s’échouer dans ce trou perdu de la campagne anglaise en prétextant une panne de voiture et le manque d’argent pour réparer ?
Flavia, aux premières loges lors du meurtre, est bien décidée à le découvrir. Elle ignore qu’en allant se mêler des affaires des grandes personnes, elle va réveiller de terribles fantômes.
Difficile d’imaginer plus terrifiante héroïne que cette gamine surdouée, obsédée par la mort et rongée de haine vis-à-vis de ses sœurs qu’elle envisage sérieusement d’empoisonner … Reste que, passé le choc, Flavia est un fascinant petit monstre dont l’intelligence et la perspicacité vous entraîneront dans une Angleterre meurtrière et déjantée, quelque part entre Chapeau Melon et Bottes de cuir, et les aventures de l’inspecteur Barnaby.
Du grand art !

Alan Bradley : La mort n’est pas un jeu d’enfant, 10-18 ; 355 p ; 7, 50 €
Partagez l'article...
Share on Facebook
Facebook

Auteur de l'article : Anne Bernet

Historienne et journaliste