Accueil / Culture / Les derniers jours de Versailles

Les derniers jours de Versailles

Quelle histoire ! C’est une tragédie qui pour tout esprit bien né s’est achevé en une ineptie. Versailles, le plus haut lieu de la civilisation encore en 1789, par suite de carences qui paraissent invraisemblables tant elles révèlent un manque du plus élémentaire bon sens, se trouve stupidement assiégé, d’abord intellectuellement, puis moralement, puis politiquement, sans jamais la réaction appropriée, enfin abandonné et livré. C’est une accumulation d’échecs au milieu de remous invraisemblables où toutes les forces de la monarchie multiséculaire se dissocient devant des agressions répétées aussi ridicules que perverses. Le Roi voit, veut résister, cède et la situation empire à chaque reculade du pouvoir royal. Alexandre Maral avec sa science si précise, sa plume si alerte raconte ces journées du 4 mai au 6 octobre 1789 qui voient sombrer tout un monde qu’il décrit préalablement et minutieusement dans ses premiers chapitres. Quel rituel, quelle cour ! Et sans doute fallait-il des réformes, mais pas telles qu’elles sont conçues alors, toujours mal conçues, irréalisables. Pourquoi ? Louis XV avait tenté le redressement du pouvoir royal pour le sauver. Louis XVI a-t-il la force de porter un tel pouvoir et de créer une représentation de la nation qui ne soit pas un ensemble de factions ? C’est comme si l’âme échappait de ce grand corps social qu’était la monarchie. La tristesse vous point devant une telle destruction qui s’opère pour ainsi dire sous vos yeux, comme une mécanique inéluctable dont l’historien décrit les différentes phases avec une ampleur de vue et une exactitude de détails, fournis par une documentation exhaustive, qui vous donnent à revivre tous les évènements plus intelligemment que ne les ont vécus les contemporains. En octobre 1789, Mirabeau après avoir joué comme les autres, plus que les autres, avec le feu, commence à comprendre. Il faut restaurer le pouvoir du Roi. Il doit sortir de cette marmite putride, partir en Normandie et reconquérir la France par la province. Et si c’était encore un bon plan ?

Les derniers jours de Versailles, Alexandre Maral, Éditions Perrin, 568 p, 29 €
Partagez l'article...
Share on Facebook
Facebook

Auteur de l'article : Hilaire de Crémiers

Directeur de la publication de Politique magazine et de la Nouvelle revue universelle