Accueil / Culture / Le Grand Théâtre de l’Épidémie

Le Grand Théâtre de l’Épidémie

D’après Sophocle, Camus, Claudel, Ionesco, Shakespeare… Conception et mise en scène Christophe Barbier. 

La peste ! Avec une entrée tonitruante de la Commedia dell Arte … Puis, sous forme de revue de presse dans le style des grands chansonniers, sont repris les discours des intervenants de la télévision, docteurs scientifiques médiatiques en alternance avec des séquences des pièces de Molière mettant en scène l’aberration des donneurs de leçon et escrocs de la médecine, avec leur arrogance et mépris pour leurs malades, sans compter leur intelligence crasse, et leur goût du profit sous-jacent, esclave de l’industrie pharmaceutique

Interviennent des textes plus graves d’Albert Camus dans La Peste et de Ionesco puisés dans son Rhinocéros.

Car le thème de cette œuvre est l’épidémie, celle de la peste de Marseille, la lèpre du Moyen-Âge, la grippe espagnole qui tua plus de victimes que les malheureux soldats de la première guerre mondiale. Ce spectacle jubilatoire, qui se réfère au départ à l’œuvre de Sophocle, est l’utilisation de la peur d’un mal endémique pour imposer la dictature de la pensée.

Pour illustrer cette charge violente mais sanitaire, Pierre Val incarne les différents personnages avec autorité, et surtout, pourvu d’une qualité rare, une diction précise et acérée, qualité qui manque à de nombreux comédiens actuels. On ne saurait que féliciter Sylvain Katan pour sa prestation, avec des caricatures toutes en mimique et vocalise qu’il a acquises en tant qu’élève du Cours de Jean Périmony et par son intégration à l’école nationale du cirque d’Annie Fratellini.

Le discours de cette pièce est mené par Christophe Barbier, jouant le rôle de Monsieur Loyal doublé d’Arlequin, commentateur et animateur de cette charge satirique. On ne peut ignorer qu’il est le donneur de leçon à l’écharpe rouge, ancien de L’Express rôdant sur tous les plateaux de télévision.

Toutefois, cette chronique est d’essence uniquement théâtrale. C’est pourquoi nous saluons le fait, tout à son honneur, qu’il met en parenthèses sa profession de journaliste pour se consacrer au théâtre. Il lui reste cependant dans son jeu d’acteur, de par son exercice de journaliste bobo, un ton quelque peu sentencieux et moralisateur.

Christophe ! Bienvenue au théâtre ! C’est là où vous vous révélez un homme de talent, et merci pour cette pièce à laquelle j’ai assisté avec plaisir mais aussi avec le port du masque, ce qui n’est pas aisé…

 

Théâtre de Poche Montparnasse. 75 Boulevard du Montparnasse, 75006 Paris. Téléphone : 01 45 44 50 21

LE GRAND THÉÂTRE DE L’ÉPIDÉMIE

Avec Christophe Barbier – Sylvain Katan – Pierre Val ou Frédéric Lecat (en alternance)

Tarifs à partir de 20 € – 10 € (-26 ans)

Relâches les 3 et 8 octobre

 

Partagez l'article...
Share on Facebook
Facebook

Auteur de l'article : Bruno Stéphane-Chambon

Chroniqueur théâtre
Publication de l'article : 28 octobre 2020