Accueil / Culture / La Fontaine et Boutang

La Fontaine et Boutang

La Fontaine aura accompagné Boutang toute sa vie. Des articles, à la fin des années quarante, sur celui que Sainte-Beuve appelait « notre Homère », salués à ce point par Maurras, alors prisonnier, que celui-ci lui demande de les récrire en vue d’un livre – la lettre de 1950 du prisonnier de Clairvaux servira de préface –, à ce La Fontaine politique qui ne sortira qu’en 1981, avant un autre livre, moins épais, La Fontaine. Les “Fables” ou la langue des dieux, en 1995 : Boutang et La Fontaine ne se sont jamais quittés.

Pourquoi « notre Homère » ? Parce que, comme l’Iliade et l’Odyssée pour les petits Athéniens, les Fables de La Fontaine sont, devraient redevenir, la maïeutique de chaque petit Français, à savoir le lieu où la langue exprime, au plus haut point, le lien entre l’âme et le corps, la cité et l’universel, la race – il ne faut pas avoir peur du mot, qui n’a ici rien de biologique – et la civilisation, la force, qu’il faut réhabiliter, en ces décennies d’hypocrite faiblesse, et le spirituel – que pourrait signifier, sinon, la force d’âme ? —, enfin, entre la raison et l’imagination – plus encore qu’entre le concept, mot que n’aimait pas Boutang, et l’image : l’intelligence des choses, ni des hommes, encore moins du cœur, n’est réductible à la raison ratiocinante, contrairement à ce que pensait Descartes. L’analogie – merci Thomas, merci Vico – n’est-elle pas maître des Fables, comme de l’Odyssée ? C’est pourquoi, « chaque fois qu’un enfant apprend sa langue, il imite et prolonge l’aventure capétienne du rassemblement d’une terre dans l’unité de sa parole maîtresse, gardienne de l’unité du cœur. »

Poésie et politique, au plus vrai de l’être humain

Avec La Fontaine politique, nous entrons dans un registre, encore jamais étudié avant Boutang, celui de la jonction de la poésie et de la politique à partir de La Fontaine – qui n’est pas l’étude biographique des rapports de La Fontaine avec le pouvoir royal. Le premier enseignement, des multiples que contient l’ouvrage, est que restauration du politique et restauration du langage vont de pair, puisque le langage assure le lien entre les membres d’une communauté : « Comme au spirituel pur, celui de la transcendance, la charité commande tout […], ainsi au spirituel politique, le juste parler, la parole vivante sont toute la morale et le corps même des autres biens. » Il existe donc bien un spirituel politique, fondant le juste sens d’un politique d’abord que les fables illustrent à leur manière, essentielle. Car la restauration de l’intégrité de la langue, en cela véritable restauration nationale, est le préalable de la restauration politique à la condition, toutefois, de reposer sur la langue des dieux que parlent les Fables, depuis toujours, et non cette langue des hommes, qui est celle, post-cartésienne, de l’ère démocratique. Langue des dieux qu’ils parlent, suprême paradoxe de l’analogie, à travers des animaux qui livrent, dans les fables, pour l’homme, le secret de ces universaux fantastiques, de ces genere fantastici, ces « “généralités” sans abstraction », qui sont l’expression d’un universel analogique pré-rationnel. Sont-ce eux que l’enfant expérimente dans son besoin de nommer, cette connaissance préscientifique des formes ou des essences ? Au contraire, moderne, Descartes l’est, ou plutôt la modernité est cartésienne, en tant qu’il est le premier à tourner le dos à l’homme et à l’histoire par « sa réduction de l’homme, (et de l’histoire par là même annulée) au discours de “l’âge de l’homme”. » Et Boutang d’ajouter : « Descartes abandonne tout le territoire de l’imagination à la machine, et avec l’imagination le monde effectivement réel de la vie ».

Cette édition est non seulement bienvenue – et nous ne pouvons que saluer le courage des éditions Les Provinciales qui republient, un à un, les textes essentiels de Boutang –, elle forme également un beau livre, dont la conception fait penser à l’édition de la traduction du Banquet de Platon par le même Boutang, chez Hermann, accompagnée de dessins de Maria Elena Vieira da Silva. L’édition présente est illustrée de trente-six animaux à l’encre de Chine de Gérard Breuil. De la belle ouvrage, pour les yeux et l’esprit.

Par Axel Tisserand

 

La Fontaine Politique, Pierre Boutang, Ed. Les Provinciales. 352 p. 26 €

 

Partagez l'article...
Share on Facebook
Facebook

Auteur de l'article : PM