Accueil / Culture / Entre sketchs et chansons.

Entre sketchs et chansons.

Cyrano de Bergerac d’Edmond Rostand. Mise en scène de Jean-Philipe Daguerre. Avec Stephane Dauch, Charlotte Matzneff, Simon Larvaron, Edouard Roulland…

C’est une éblouissante traversée théâtrale que nous propose le Ranelagh en nous invitant à (re)voir Cyrano de Begerac. À quoi tient la clef du succès de ce drame romantique tant de fois joué ? « Cyrano, selon François Mauriac, n’a duré que parce qu’il était vrai, ressemblant à une part de nous-même. Il incarne certains de nos échecs, ceux dont nous souffrons le plus et il les magnifie ». L’œuvre écrite en 1897 par Edmond Rostand alors âgé de 29 ans, soulève, aujourd’hui encore, le même enthousiasme voilé d’émotions que suscitent tant les sentiments nobles et l’amour sous toutes ses formes que l’ivresse poétique et spirituelle qu’ils inspirent. Puisque la beauté d’un cadet de Gascogne prénommée Christian, sans éloquence, ne laisse pas indifférente Roxane, Cyrano au profil si disgracieux mais à la verve brillante, également amoureux de Roxane, sans oser se déclarer, sublime par son sens du dépassement et du sacrifice, proposera à son rival d’être son alter ego épistolaire : « Je serai ton esprit, tu seras ma beauté ». Un jeu bien étrange et tragique. Si la séduction extérieure est le moteur premier chez Roxane, Christian ne brille que par les mots de Cyrano. Roxane apprendra plus tard et trop tard tout ce qu’elle partageait avec Cyrano. La mise en scène de Jean-Philippe Daguerre nous transmet l’exaltante vibration du texte par le jeu de comédiens merveilleusement accordés. Installé avec aisance et un talent aiguisé dans le rôle phare, Stéphane Dauch nous renvoie toute la truculence, le lyrisme et la force de son personnage.

Théâtre Ranelagh. 5, rue des Vignes, 75016 Paris. Réservation : 01 42 88 64 44

 

 

 

Si plaisant et si triste…

Partagez l'article...
Share on Facebook
Facebook

Auteur de l'article : Madeleine Gautier

Chroniqueur théâtre