Accueil / Culture / De l’envers à l’endroit

De l’envers à l’endroit

Le « vivre ensemble » ! Qui ne connaît cette invocation hululée sur tous les tons par les politiques relayés par les médias dociles ? Jean-Michel Thouvenin choisit de nous en parler : le double titre de l’ouvrage en donne bien le ton: l’ironie allègre associée à une étude rigoureuse et pertinente.

En effet, notre auteur nous régale avec un sens aigu de la formule qui fait mouche :

« Si l’amnésie politique est une faute, la dissimulation de la vérité est un crime. »

« De la croix gommée à la croix gammée, il n’y a qu’un pas. »

« Vivre ensemble ne prend donc tout son sens que si on accepte aussi de mourir ensemble. »

Ce bonheur d’écriture, Jean-Michel Thouvenin le met au service d’une argumentation dont la solidité repose sur une pensée ferme et claire, dont l’expression est à la fois vigoureuse et nuancée, principalement parce qu’inspirée par une foi chrétienne assumée : Que votre oui soit oui, que votre non soit non (Matthieu 5,37).

Ce que l’auteur met en évidence n’est pas un rejet de l’idée du « vivre ensemble », qui en soi est éminemment souhaitable, mais l’imposture hypocrite des médias et de la politique.

En effet, Thouvenin nous montre que la réalité de notre situation de Français aujourd’hui supporte une masse de haine venue du fond notre histoire, obstacle énorme au « vivre ensemble ». Nous subissons en effet, le poids de l’Histoire, ou l’héritage de la haine, le poids de la politique, ou la haine entretenue, le poids de l’immigration ; tels sont les trois axes de l’étude. Mais notre auteur ne se limite pas à ce constat bien lourd ; il propose une remise en perspective du « vivre ensemble », il en détaille le prix ; citons le patriotisme, le respect de la vie, le goût de la paix, le sens de la miséricorde…Sans oublier in fine l’indispensable fermeté.

Vivre ensemble… à en mourir ! Essai sur une imposture sémantique, Jean-Michel Thouvenin, éditions Osmose, septembre 2018 180p, 15 euros
Partagez l'article...
Share on Facebook
Facebook

Auteur de l'article : Claude Wallaert