Accueil / Culture / Coup de gueule d’un résistant 

Coup de gueule d’un résistant 

Jean-Luc Jeener est metteur en scène, acteur et critique de théâtre français. Il est animateur et metteur en scène de plus de cent pièces de théâtre produites dans son temple de Thespis, le Théâtre du Nord-Ouest. Il a toujours placé sa vision du théâtre sous le prisme de l’incarnation.

Mais Jean-Luc Jeener est aussi écrivain et polémiste. Nous avons déjà recensé nombre de ses publications, inspirées par sa foi chrétienne et par sa formation théologique, résultat d’une réflexion et d’une recherche spirituelle. Ces essais, dans le registre du “coup de gueule”, débutent souvent par cette phrase lapidaire « Pour en finir avec… » : Pour en finir avec les intermittents du spectacle, Pour en finir avec la langue de Shakespeare, Pour en finir avec le christianisme ?, Pour en finir avec le théâtre ?, Pour en finir avec la critique dramatique, Pour en finir avec la mort…

Pour en finir avec la Liberté est un pamphlet écrit sur le vif. La réaction de Jean-Luc Jeener, en confrontation avec les diktats d’un gouvernement qui, face à une pandémie, se révèle incompétent, évasif et même sombre dans l’errance.

Cette réaction à chaud, très sensée, est jubilatoire. Mais contrairement à ses ouvrages précédents, résultats d’une longue méditation mystique au travers de la grande aventure du théâtre, le livre est livré sous forme brute. On notera dans sa verve, il est vrai souvent salutaire, la réitération dans ses exemples d’assimilations discutables entre un gaullisme héroïque (celui qui refuse le masque) et un pétainisme honteux (celui qui est en attente du vaccin).

Ces réserves mises à part, nous ne saurions que recommander la lecture de ce brûlot vivifiant, dont la couverture marque l’humour mais aussi l’exaspération qui nous est commune : un homme masqué derrière des barreaux ! Jean-Luc Jeener, défenseur de l’esprit…

Jean-Luc Jeener, Pour en finir avec la Liberté. Édition Atlande, 2021, 186 pages, 15 €.
Partagez l'article...
Share on Facebook
Facebook

Auteur de l'article : Bruno Stéphane-Chambon

Chroniqueur théâtre