Tchernia, mort d’un Fregoli de l’image

SIPA_00555183_000011

Si par hasard vous ouvrez votre écran de télévision, pourriez vous voir encore apparaître un homme courtois, plein d’humour, érudit en toutes matières audiovisuelles, animateur, présentateur, et créateur d’émissions, ayant interprété 26 rôles, mis en scène et scénarisé de nombreux films dont la plupart étaient cocasses et impertinents, amoureux fou du dessin animé et collaborateur des facéties d’Astérix et Obélix, un homme qui reliait les enfants de la Télé de 7 à 77 ans, un homme qui ne succombait pas à la tentation de s’exprimer sur les bas sujets de la politique, un homme d’une telle distinction, qu’il parvenait à donner à ses partenaires sur le plateau une image de bienséance ?

Vous ne le retrouverez plus, il est parti rejoindre au paradis du rire et de la dérision Robert Dhéry et sa troupe des Branquignols, et préparer un nouveau scénario avec son ami René Goscinny. Pour titre de noblesse il avait également réalisé cinq adaptations des nouvelles de Marcel Aymé.

Vous ne retrouverez plus ce Fregoli de l’image qui a animé Cinq colonnes à la Une. Il vient de dire good bye à sa Belle Américaine, il a renoncé à continuer ses Carambolages, et à lancer une bouée à son Petit Baigneur et plus personne que lui ne pourra chanter Allez France. Le Viager de sa vie terrestre vient d’échoir.

L’Ecran s’est éteint le 8 octobre 2016, Pierre Tcherniakowski, dit Pierre Tchernia, a disparu.

Share on FacebookEmail this to someoneTweet about this on Twitter
Publié dans : Non classé

A propos de l'auteur:

Chroniqueur théâtre

Commenter l'article