Quand les loubards avaient de la noblesse

Renaud

Pour jeunes et moins jeunes, ce spectacle relate les thèmes des chansons de Renaud Séchan, dit Renaud. Nous plongeons dans cet univers populaire et généreux, parfois anar, mais sans vulgarité ni apostrophes politiques outrancières. En revisitant les chansons originales de l’artiste, s’élève une sorte de mélopée du temps perdu où les enfants d’Audiard rêvaient de justice, il est vrai bien aléatoire. Il n’est pas vain, de sortir d’un cocon pour aller à l’encontre de ceux qui se prenaient pour des chevaliers de banlieues. Ce spectacle musical nous entraîne dans un univers où les maîtres mots sont : terrain vague, fête foraine, auto-tamponneuses, mobylette, blouson et HLM. Mais il y en a d’autres qui se nomment, fraternité, émotion devant la femme en ceinte et amour pour son enfant et la famille.

Traité avec dérision et très grand humour, la chanson phare Mistral gagnant, est un moment jubilatoire. Elle est interprété par Gaëlle Voukissa, révélation de cette soirée, omniprésente sur scène avec une caricature sans méchanceté de l’antillaise, une nature comique liée à un sens de l’émotion, une aisance dans le déplacement du corps, qui révèlent une prédisposition à interpréter les grands rôles de notre répertoire ainsi qu’elle le prouva avec Phèdre suite à sa formation classique.

Incontestablement, la partie la plus forte dans laquelle nous nous retrouvons, est la satire des jeux télévisés, du zapping permanent et des concours « bidons » de chanteurs sans talents et manipulés par les escrocs de la Télévision-Réalité, au détriment de la poésie, de la création de nouveaux mots, de l’esprit de Brassens… En cela Renaud nous rappelle que le romantisme se nourrit du verbe, de la musicalité sur guitare sèche et que la jeunesse préfère encore entonner les chansons d’Hugues Aufray plutôt que se soumettre aux lois et diktats de l’audimat.

Ce spectacle réalisé au cours des vacances d’été, met surtout l’accent sur la désillusion actuelle du chanteur après avoir tant espéré des années 80 et des suivantes…

Que l’on nous permette de ne point nous encanailler, mais en toute poésie de reprendre en véritable cœur et chœur un chant d’espoir quelque soit nos contradictions, Dès que le vent soufflera…

Le P’tit Monde de Renaud
Avec la Troupe du Phénix.
Elle est connue pour privilégier les coups de cœur et les engouements pour des artistes et auteurs tels Marivaux, Shakespeare, Neruda, Feydeau, et bien évidemment Georges Brassens qui fut un succès à Bobino, aux Bouffes Parisiens et en tournée.
Livret de Jean-François Fontanel, Elise Roche et Guillaume Cramoisan, Chansons de Renaud Séchan, Mise en scène d’Elise Roche, Direction musicale de Fred Pallem, Jean-Luc Chanonat aux Lumières et Clément Janvier pour le Son.
Avec : Clément Aubert Manu, Présentateur Télé, Guillaume Cramoisan Lucien
Xavier Martel Gérard Lambert, Evadé Polonais, Producteur, Jean-Luc Muscat Le Beauf, Michel
Elise Roche Pépette, Présentatrice Télé, Gaëlle Voukissa la Doudou, Maggy, Marie
Accompagnement musical par les musiciens, Fred Pallem ou Guillaume Magne ou Julien Omé, Fanny Rome et Jérémie Pontier.
ALHAMBRA
21, rue Yves Toudic – Paris 10ème
Du mardi au samedi à 21h, Relâches les 27, 30 juin et le 14 juillet
Réservations : 01 40 20 40 25
http://www.alhambra-paris.fr
Places : 28/32€
Durée du spectacle : 1h45
Jusqu’au 29 juillet

Share on FacebookEmail this to someoneTweet about this on Twitter
Publié dans : Culture

A propos de l'auteur:

Chroniqueur théâtre

Commenter l'article