Petite chronique japonaise

U.S. President Barack Obama, left, looks to Japanese Prime Minister Shinzo Abe as he speaks during a ceremony at the cenotaph at Hiroshima Peace Memorial Park in Hiroshima, western, Japan, Friday, May 27, 2016. Obama on Friday became the first sitting U.S. president to visit the site of the world's first atomic bomb attack, bringing global attention both to survivors and to his unfulfilled vision of a world without nuclear weapons. Atomic Bomb Dome is seen in the background. (AP Photo/Carolyn Kaster)
 /OTKCK126/753952204211/
/1605281947

Le Japon a été sous le coup de projecteur des médias pendant 48 heures grâce au G7 qui se déroule à Ise-Shima dans le centre de l’ile principale de Honshu. Coup de projecteur en partie éclipsé par les désordres sociaux en France.

On parle peu du Japon dans les médias français, si ce n’est lors des catastrophes naturelles qui le frappent comme le tremblement de terre et le tsunami de mars 2011 et l’accident nucléaire de Fukushima.

Pour qui connait le Japon, la vie y est très agréable : propreté, excellente organisation, en particulier des transports publics, service impeccable, amabilité, discipline… Vu à 10 000 kilomètres de distance, notre cher vieux pays paraît complètement à la dérive.

Chaque fois que des japonais de mes connaissances vont en voyage d’affaire ou d’agrément en France, je tremble et pousse un ouf de soulagement à leur retour si tout c’est bien passé, ce qui est rare.

Il est vraiment désolant de voir à quel point nous nous détruisons nous même malgré nos nombreux atouts.

Ceci dit, le paradis sur terre n’existant pas, le Japon a aussi ses problèmes. Le plus grave étant un taux de natalité très bas, bloqué à 1,3 enfant par femme depuis des années. La conséquence est un  vieillissement de la population, les plus de 65 ans représentant déjà plus du quart des Japonais. Ce chiffre va rapidement monter à 40%. Le pic de population, avec 128 millions d’habitants, a été atteint au début des années 2000. Depuis, elle baisse et cette baisse s’accélère. D’ici 2050, le Japon contera moins de 100 millions d’habitants. Tout le monde en parle, mais pas grand chose n’est fait pour favoriser la natalité. Comme on manque de personnel de santé, on développe des robots pour s’occuper des vieux. Mais ce n’est évidemment pas la bonne solution. On peut donc légitimement se faire du souci pour l’avenir du pays, ouvrir largement les portes à l’immigration étant exclu… D’ou vient cette panne du renouvellement des générations ? Certainement de la boulimie de consommation et du matérialisme qui atteint le Japon comme les autres pays développés. Il y a certainement aussi une perte des valeurs traditionnelles issues du bouddhisme, du shintoïsme et du confucianisme. De plus, rien – ou très peu – n’est fait pour que les femmes qui travaillent puissent avoir des enfants puisque la fiscalité n’est pas du tout favorable aux familles.

Pour terminer, je voudrais revenir sur ce rendez vous du G7 qui a conduit Obama à visiter Hiroshima, une première pour un président américain en exercice. Le président américain ne s’est pas excusé comme certains auraient voulu. Vis à vis de son opinion publique, il ne le pouvait pas : beaucoup considèrent en effet que la bombe d’Hiroshima a permis d’abréger le conflit et d’éviter de nombreux morts, en particulier de soldats américains. Cela dit, après une visite au musée atomique d’Hiroshima, on ne se sent pas très fier d’appartenir à l’espèce humaine… On se demande aussi pourquoi, trois jours après, une autre bombe a été lancée sur Nagasaki, au-dessus de la plus grande cathédrale d’Asie, construite par les pères des Missions Etrangères de Paris, dans le quartier d’Urakami, peuplé de chrétiens japonais. La cible était ailleurs, sur une autre ville qui n’a pas pu être atteinte à cause du mauvais temps. Mystère d’iniquité…

Share on FacebookEmail this to someoneTweet about this on Twitter
Publié dans : Tribune

A propos de l'auteur:

Commenter l'article