Jusqu’à quand ?

Plug

Jusqu’à quand ? Jusqu’à quand allons-nous laisser l’oligarchie dégénérée qui nous dirige saccager l’espace public ? Jusqu’à quand allons-nous nous laisser insulter, humilier et dominer par cette clique de pervers narcissiques ? Jusqu’à quand la fumisterie de tous ces possédés va-t-elle envahir nos existences ? Leur perversité n’a plus aucune limite : ils viennent d’installer place Vendôme la chose que vous voyez ci-dessus en photo. Il est rare que j’affiche ici des choses laides, mais j’y suis exceptionnellement contraint pour les besoin de la démonstration.

Or, on apprend dans le torchon Libération (rubrique « sexe et genre« ) que ce ridicule objet gonflable, qui défigure la plus belle place de Paris, est en réalité la reproduction d’un gadget sexuel dont je tairai le nom, mais pas l’usage : les gens qui s’en servent se le fourrent dans le fondement. Venant de « l’artiste » en question, ce n’est pas très étonnant : il est essentiellement connu pour ses crottes géantes (ICI) et ses fabriques d’étrons (ICI). En d’autres termes, nous en sommes là : nos maîtres appellent « art » le fait de saloper les belles choses avec des immondices (nous le savions déjà) et, non contents de détruire la France, ils nous adressent en le faisant un message parfaitement clair : Fuck you !

Voilà le message de l’élite répugnante qui nous écrase de son mépris. Ces gens relèvent de la clinique psychiatrique… mais ils nous dirigent. Non seulement, leur trou-du-cul est le centre de leur vie, mais ils voudraient en faire le centre du monde. Réalise-t-on de quoi nous sommes en train de parler ? A Paris, sur la place qui célèbre les victoires de Napoléon, en face du Ministère de la Justice, les gens qui nous dirigent ont installé une reproduction géante de l’objet qu’ils s’introduisent dans le derrière pour passer le temps. Où sommes-nous ? Je n’ose dire en Enfer, mais cela commence à y ressembler méchamment (lisez Dante).

Et si vous avez l’audace de vous insurger contre cette saloperie, ces tarés vous assureront, avec leur face de faux derches, qu’il s’agit d’un sapin de Noël « pour les enfants », et vous accuseront en ricanant d’être un obsédé sexuel. A propos d’enfants, justement, il suffit de se renseigner sur les autres œuvres du scatologue qui a produit cette chose pour se faire une idée du sort qu’il leur réserve (ICI et LA).

Honnêtement, mes amis, pour se défendre, il va falloir songer à autre chose qu’un bulletin de vote.

Retrouvez les autres billets de Frédéric Becquérieux sur son blog : http://mauvpens.blogspot.fr/

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someone
Publié dans : Meilleur des mondes

A propos de l'auteur:

Journaliste

7 commentaires "Jusqu’à quand ?"

Trackback | Comments RSS Feed

  1. Moi dit :

    « Honnêtement, mes amis, pour se défendre, il va falloir songer à autre chose qu’un bulletin de vote. »
    Ayez l’audace de la faire votre révolution, vous en parler tout le temps mais vous ne faites que vous insurger sur votre blog sur notre société.

  2. Frédéric Becquérieux dit :

    Cher « Moi »,

    Attention : je ne suis pas pour la révolution. J’ai horreur de la violence. Je prônerais plutôt une grève générale des gens qui font tourner le pays, et un départ en retraite de l’ensemble des gens qui nous dirigent et nous imposent tout ça.

    Conseil d’ami : achetez vous un Bescherelle.

    F.B.

  3. Frédéric Becquérieux dit :

    Eh bien nous avons la réponse : jusqu’à aujourd’hui. An 1 de la reconquête ?

  4. Pierre Martin dit :

    L’art contemporain est un moyen comme un autre de dépraver la société et de nous faire prendre des vessies pour des lanternes. Certains penseurs et « vrais » s’efforcent de nous le montrer, depuis des années, telle Aude de Kerros : http://www.chire.fr/A-123521-l-art-cache-les-dissidents-de-l-art-contemporain.aspx .

  5. Rivarol dit :

    Je vous trouve bien gentil avec le pseudo artiste qui produit un tel immondice. Les photos de son « oeuvre » montrent que c’est un fou dangereux pédophile, zoophile et scatophile, et sa place est au mieux dans un asile.
    Notre ministre de la Culture le défend. Le Maire de Paris l’encense. Les merdias étrangers s’émeuvent de la saine réaction des courageux français qui ont mis à bas cette horreur : « Paris est désormais un peu moins magique » écrit le New York Magazine. C’est certain que se promener avec un godemiché fourré où je pense, ça exprime bien la magie de notre culture…
    O tempora ! O mores ! Sodome et Gomorrhe, c’était un roman de la Comtesse de Ségur à côté de notre époque !

  6. Nous y songeons, mon cher, nous y songeons, et depuis très longtemps. Ce serait déjà fait, du reste, si les Français n’étaient pas plus disposés à lyncher leurs libérateurs ou toute personne de bon sens, que leurs bourreaux, qu’ils adulent un peu trop encore. Qu’ils persistent donc dans leur suicide. Nous agirons quand ils nous appelleront. Qui a compris ça comprend tout.

  7. Dumas dit :

    J’ai découvert un bloc animé par un économiste de renom qui a produit une analyse sur le soutien du Président de la Répubique à Paul MacCarthy. Cela vaut vraiment le coup de le lire, ainsi que les commentaires, et de le diffuser
    Hollande : “Je suis aux côtés de Paul McCarthy, souillé dans son oeuvre”
    http://www.les-crises.fr/hollande-je-suis-aux-cotes-de-paul-mccarthy-souille-dans-son-oeuvre/
    Pour mieux comprendre ce dont il s’agit, et quelle est la nature des productions scatologiques, zoophiles (mettant en scène des enfants) et pédopornographiques de Paul MacCarthy, un autre article a été publié (interdit aux moins de 18 ans) sur ce blog.
    http://www.les-crises.fr/godemiche-vendome/

    J’ai cherché à alerter des associations de défense des enfants, car selon moi il s’agit d’un message assez explicite adressé aux pédocriminels et aux pervers en général. Il s’agit également de « tester » la vigilance et la capacité de résistance du peuple français.

Commenter l'article