Ben-Hur, naufrage d’un mythe

BD-BH-11451R1

Depuis les années 2000, le péplum revient en force. Pas une année sans une pluie de films prenant pour cadre le monde antique. C’est au tour de Ben-Hur de refaire un tour de char… Était-ce bien nécessaire ?

Lorsque la MGM se lance dans le tournage de Ben-Hur, au tournant des années cinquante, la société est au bord de la faillite. Elle jette ces dernières forces dans cette relecture du roman de Lewis Wallace paru en 1880, « le livre le plus lu après la Bible », narrant la rivalité sans limites du prince de Judée Judah Ben-Hur et du Romain Messala, à l’heure où l’Empire se heurte à la foi nouvelle de Jésus.

Malgré la pression, le réalisateur William Wyler se débat avec un scénario remanié par une quarantaine de scénaristes pour accoucher d’une œuvre d’une ampleur inégalée, le plus cher jamais réalisé à l’époque, employant près de 10 000 figurants et dont certaines scènes, comme la fameuse course de chars, demandèrent des mois de préparation. à sa sortie, le film triomphe dans les salles et reçoit onze oscars, devenant l’un des mythes du cinéma hollywoodien. On se demande donc ce qui a pu passer par la tête de Timour Bekmambetov pour revisiter un tel monument…

Remake d’un remake
Sur le fond, on ne peut guère reprocher au réalisateur russe d’avoir cédé à la facilité d’un énième remake. Ben-Hur ne s’est pas fait en un jour et sa reconnaissance fut émaillée par diverses tentatives. Adapté avec succès au théâtre au début du siècle – où l’on pouvait voir jusqu’à cinq chars sur scène arrimés à des tapis roulants ! – un script est porté à l’écran dès 1907, dans une production qui vante déjà une spectaculaire course de quadriges. Un procès éclate avec la famille Wallace pour des raisons de droits d’auteur et il faut attendre 1925 pour qu’une nouvelle mouture voit le jour.

Malheureusement éclipsé par la gloire du Ben-Hur de Wyler, ce film est une merveille du cinéma muet à redécouvrir, qui emprunte au sublime Intolérance de Griffith son sens de la monumentalité pour l’intégrer dans un spectacle d’une qualité technique stupéfiante. Déployant des moyens financiers encore inconnus au cinéma, le film comprend une bataille navale grandeur nature, tandis que la course de chars, dans un cirque colossal, fut l’occasion d’accidents graves visibles à l’écran. Cette version préfigure celle de 1959. Rien d’étonnant, Wyler y était jeune assistant réalisateur…

Violence tragique
Là où l’on peut en vouloir à Bekmambetov, c’est de n’avoir rien compris à Ben-Hur. Il transforme une épopée biblique pleine de subtilités en un film d’action bas de gamme et bas du front. N’est pas Charlton Heston qui veut et le Ben-Hur 2016, aux airs de bobo new-yorkais, tape dans le tas comme un héros Marvel. Des pans entiers du scénario disparaissent. Le prince et Messala sont désormais deux frères, une aberration qui ruine l’un des ressorts narratifs de l’œuvre, leur rapport d’amour/haine étant le fruit d’une implicite tension amoureuse.

Exit l’épisode romain, qui permettait de comprendre l’idéalisme politique du héros, obsédé par la liberté de son peuple et qui croit à la diplomatie et au dialogue avec l’ennemi – nous sommes en pleine guerre froide et l’Empire romain est à maints égards une évocation de l’Union soviétique. Rien ne demeure de ces personnages pensés comme des allégories grandioses, rien ne reste de cette admirable figure du Christ sans visage, qui baigne l’œuvre d’une suave spiritualité. Dans des halos de laideur numérique, Bekmambetov ne parle qu’une langue, celle de la violence. Comme un écho tragique de notre temps…

Share on FacebookEmail this to someoneTweet about this on Twitter
Publié dans : Cinéma, Culture

A propos de l'auteur:

Journaliste

Commenter l'article